Partagez cet article

Avant de m’installer à Vienne, quand je réfléchissais à ce que j’allais bien pouvoir y voir, je pensais en premier lieu au cabinet de curiosités (Kunstkammer) du musée de l’histoire de l’art (le Kunsthistorisches Museum), qui renferme la fameuse salière de Cellini, l’un des plus beaux objets de la Renaissance ! Manque de chance, cette partie du musée était en restauration. Je dus donc prendre mon mal en patience. Il faut dire qu’avec tous les musées que Vienne abrite, il y a de quoi faire.

Lorsque que la Kunstkammer rouvrit ses portes l’année suivante, j’y découvris bien plus d’objets d’art que je ne le pensais. Tous plus beaux les uns que les autres. Très vite, j’eus le tournis. Ma concentration fléchit et mes yeux ne regardaient plus qu’à travers le prisme d’un diamant. J’en vins rapidement à la conclusion que pour visiter cette partie du KHM, il faut faire des choix ! Ainsi je vous propose aujourd’hui de vous attarder sur ce qui plaît à tout visiteur du musée, habitué ou non, très jeune ou très âgé ou entre les deux, les automates !

La Kunstkammer renferme une incroyable collection d’automates de la fin du XVIème siècle et de la première moitié du XVIIème siècle réalisés dans LA capitale de la Renaissance au Nord des Alpes, Augsbourg ! Ils font partie des plus beaux objets d’art de cette période par leur travail d’orfèvrerie, mais aussi par la haute technicité de leur mécanisme. Vous connaissez déjà les horloges qui s’animent, mais connaissez-vous les automates créés pour la table (Tischautomaten) ? Ces derniers étaient conçus pour naviguer entre les invités pour leur offrir de beaux effets de surprise et en même temps leur montrer la taille du portefeuille de leur hôte. Ce qui est tout autant surprenant, ce sont les vidéos qui les présentent en fonctionnement ! De l’extérieur bien sûr, mais aussi de l’intérieur ! Pour ceux qui ne peuvent attendre la visite pour les découvrir, ou qui souhaitent briller en soirée, certains sont en ligne sur le site du musée (cliquez ICI). Lors des travaux, les collections ont été en partie restaurées et une équipe s’est occupée de mettre en marche et de filmer ces objets qui approchent les 500 ans d’âge. Le résultat est impressionnant et peut se regarder sur les tablettes fixées aux banquettes des salles concernées.

Ainsi, lors de votre prochaine visite au musée de l’histoire de l’art, montez les escaliers tout de suite à gauche, devant le bureau des audioguides. Traversez toutes les salles (en évitant de courir) et quand vous êtes au bout, pénétrez dans la salle de droite, la salle 27. Je vous autorise à tourner juste avant dans celle de gauche pour saluer la salière et les autres œuvres françaises du cabinet, mais je vous reparlerai bientôt de ceux-là ! Alors vous vous trouvez maintenant sur le seuil de la salle 27. Sur votre droite, Diane vous accueille sur son centaure et sur votre gauche un magnifique bateau vous provoque. Tous deux sont des automates ! Juste en face, c’est le feu propriétaire de ces objets qui vous regarde, Rodolphe II de Habsbourg. Oui ! Rodolphe II, celui qui était installé à Prague. Voyez que vous n’êtes pas le seul à avoir voyagé jusqu’ici. Les objets aussi ! Après avoir apprécié la beauté et la perfection de ces automates, reprenez la route jusqu’à la salle 24, où l’on se trouve cette fois chez l’archiduc Ferdinand II du Tyrol (aussi un Habsbourg) au château d’Ambras, tout près d’Innsbruck. Il a lui aussi des automates à nous montrer. Tous deux sont en effet qualifiés de princes de la Renaissance et furent contemporains pendant deux décennies. Enfin pour finir le petit tour des automates, rendez-vous dans la petite salle 23 où il y a aussi quelques beaux spécimens.

Lors de votre visite au Kunsthistorisches Museum, ayez le réflexe des automates ! Bonne visite !


Informations pratiques

Où ? Au cœur de la ville sur la Maria-Theresien-Platz

Quand ? Tous les jours de 10h à 18h (le jeudi jusqu’à 21h)

Pour combien ? 15 € pour un adulte, gratuit pour les jeunes jusqu’à 19 ans.

Si vous résidez à Vienne, je vous recommande d’acheter la carte annuelle à 44 € (25 € pour les moins de 25 ans). Elle permet aussi de visiter d’autres institutions (le trésor impérial, la collection des carrosses impériaux à Schönbrunn, le château Ambras près d’Innsbruck, le musée du théâtre avec la collections de l’académie des beaux-arts et le Weltmuseum) et de prendre le temps de revenir pour apprécier toutes les collections, très nombreuses, du KHM.

Le musée offre de nombreuses visites guidées en tout genre et de nombreux événements autour des collections : https://www.khm.at/

 

Partagez cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

69598833