Partagez cet article

Il y a deux semaines, à l’occasion d’un salon consacré à du mobilier, je pénétrai dans un bâtiment dont je ne soupçonnais pas l’originalité et la beauté (intérieure, comme on dirait pour une personne). Il s’agit du Semperdepot, une partie de l’ensemble monumental qu’occupe l’académie des beaux-arts sur la Lehárgasse dans le 6ème arrondissement, à deux pas de la Sécession et du Naschmarkt. Je connaissais bien son impressionnante façade néo-Renaissance dont la hauteur et la sévérité assombrissent encore davantage l’étroite rue qui la longe. J’ignorais cependant qu’elle renfermait un complexe de plusieurs grandes salles datant des années 1870 qui servaient de dépôt, impérial, et de lieu de production des décors pour les œuvres jouées au Burgtheater et à l’opéra de Vienne. Et cela jusqu’en 1952.

Je fus littéralement stupéfaite par le hall d’entrée (Prospekthof). Il a la forme d’un triangle dont la pointe a été coupée pour y aménager une porte. Ce hall déploie une élégante architecture métallique par l’intermédiaire de galeries qui courent à chaque étage. Je n’avais encore jamais vu d’architecture de ce style à Vienne pour cette époque. De fines colonnes en fonte de 6 mètres de haut et de grandes ouvertures vitrées rythment l’espace et me firent penser à de nombreux marchés couverts dans lesquels j’ai pu me rendre en France.

Ainsi je me sentis comme chez moi et décidai d’arpenter l’endroit sur chacun de ses niveaux. De grandes salles symétriques prolongent le hall. Ce sont des espaces gigantesques à l’allure industrielle et épurée très agréable.

Depuis les années 90, et après une grande rénovation, le Semperdepot sert d’atelier à l’académie des beaux-arts, et est également loué pour des productions et manifestations artistiques, ainsi que pour pléthore d’événements pouvant s’offrir ces lieux. Ils peuvent en tout cas être l’occasion pour nous d’y pénétrer. On retrouve ainsi les lieux dans un clip vidéo de Robbie Williams, Lovelight, de 2006.

Son nom, Semperdepot, lui fut donné en hommage à l’un de ses deux architectes, Gottfried Semper. Ce dernier fut celui dont le projet pour le Kaiserforum (l’ensemble architectural comprenant la Hofburg, les grands musées et les parcs attenants) fut retenu par l’empereur François-Joseph !

Et si l’on ne peut pas y rentrer, me direz-vous ? Eh bien cela vaut le coup de passer devant si vous vous trouvez dans les parages. La façade du bâtiment est un en effet un lieu de mémoire, par ailleurs annoncé sur un panneau en plexiglas : « Wunden der Erinnerung » (« Plaies de la mémoire »). Cela fait référence à l’offensive Vienne menée par l’armée rouge en avril 1945. On voit ainsi tout le long de la façade des impacts de balles qui n’ont pas été rebouchés.

Le grand ensemble d’immeubles d’une blancheur éclatante lui faisant face offre une curiosité pour sa part distrayante. Sur chaque fronton surmontant les deux portes d’entrées donnant sur la rue est sculpté un homme portant un pneu sur son épaule. (A mon avis il fera l’objet d’un article un jour ou l’autre 😉).

Informations pratiques

Adresse, 6-8 Lehárgasse, 1060 Vienne

Transports en commun à proximité : U2 (Museumsquartier), U4 (Karlsplatz ou Kettenbrückengasse) et le bus 57 A (Getreidemarkt ou Laimgrubengasse).

Pour pénétrer à l’intérieur : Suivez le programme de l’école des beaux-arts, ou celui de eSeL.at qui répertorie des événements intéressants de la scène artistique viennoise, ou cherchez régulièrement sur Internet ce qui pourrait bien s’y passer (bon courage !).

Partagez cet article
69598833