Partagez cet article

Eh oui ! Je ne trouve pas tout beau, tout mignon et tout gentil à Vienne, même si je n’aime pas trop en parler. C’est par exemple le cas de ces vitrines que je qualifie, sans retenue, de moches ! Vous voyez celles dont je souhaite parler ? Celles qui sont saturées en produits à vendre et qui croisent presque tous les jours notre regard ! Je n’ai pas trouvé de qualificatif plus clair pour les décrire. A chaque fois que je tombe sur ces vitrines, je m’interroge sur ce qui peut bien pousser les propriétaires de ces boutiques et magasins à les emplir ainsi. Elles me font tout le temps penser à un aquarium dans lequel l’air semble manquer. Longtemps je me dis que les tenanciers de ces commerces devaient approcher de la retraite et ainsi ne cherchaient pas à faire des efforts pour augmenter leurs chiffres d’affaire. Mais lorsque je me décidai à dédier à cette forme d’esthétique urbaine un article sur mon blog, je me mis à considérer ces vitrines moches comme un modèle économique.  

Je m’en explique. Malgré leur manque cruel d’attractivité, ces vitrines me marquent. Et elles me marquent tant que je vais faire mes achats dans leurs boutiques plutôt que dans des magasins plus grands aux vitrines bien plus attrayantes (appartenant souvent à des chaînes de magasins). Tout cela bien sûr inconsciemment. Oui, inconsciemment ! En effet, leurs accumulations presque monomaniaques font que je sais où me rendre pour n’importe quel objet dont j’ai besoin. La rue au-dessus de chez moi, c’est par exemple pour le petit électro-ménager et l’horlogerie. Besoin de faire un peu de couture ou besoin d’un bon couteau, c’est dans ma rue. Pour bricoler, pour acheter des chocolats, qui font d’ailleurs la moue en été, pour mon appareil photo, pour cuisiner et pour je ne sais quoi dont j’ai besoin à la maison (aka la meilleure quincaillerie du monde), c’est dans le prolongement de ma rue direction le centre-ville !

Mais qu’est-ce qui peut bien me pousser à faire mes emplettes dans ces boutiques si peu attrayantes. Et bien je crois que « vitrines moches » riment avec qualité et proximité (tout ce que j’aime !). Passant très souvent, voire quotidiennement, devant ces vitrines, j’ai appris sans le vouloir à savoir où trouver quoi. Une vraie géographie des achats par catégorie. Aussi, le très large éventail de produits que ces magasins présentent en vitrine donne une impression de spécialisation qui passe pour un gage de qualité. Ne trouvez-vous pas ?

En France, je remarquai qu’il y en a beaucoup moins, et je trouve cela presque dommage. Comme si ces boutiques symbolisaient un consumérisme raisonné, alors qu’il n’y a aucune raison à cela. Mais en tout cas, elles montrent bien qu’un commerce peut tenir le coup sans être à la mode. C’est déjà ça. Elles sont en outre principalement tenues par des commerçants indépendants, qui connaissent très bien leurs rayonnages (fort pratique !). En plus de leur côté pratique, elles m’amusent ces vitrines ! Désormais, je prends un plaisir de plus en plus grand à regarder de près leurs achalandages quasi exhaustifs.

C’est moche mais c’est bien !

 

Une petite série de photos en pagaille

Partagez cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

69598833