Partagez cet article

Mais qu’est-ce qui a bien pu m’amener ici ? Je me le demande encore aujourd’hui, alors que je fêtais il y a peu mes quatre années passées dans la capitale autrichienne.

Depuis le temps de l’adolescence trottait dans ma tête l’idée d’apprendre l’allemand. Pourquoi ? Aucune idée. Nous avions certes quelques liens avec des Allemands, mais qui parlaient couramment français, et nous nous étions rendus en Suisse, en Allemagne et en Autriche pour de brefs séjours. De là à développer une envie aussi importante, je ne pense pas. Il me faudrait peut-être passer quelques heures sur un divan de psychanalyste afin d’en trouver la réponse ou du moins une ébauche.

Bref, ayant terminé mon master d’histoire de l’art et souhaitant repartir à l’étranger, je me suis dit que c’était le moment ou jamais et je me mis en quête de trouver un emploi quelque part, et au mieux à Vienne. On peut dire que la chance me sourit puisqu’en quelques jours je m’assurais d’un petit travail d’assistante de langue française au sein de collèges-lycées autrichiens. Je donnais aussi rapidement d’autres cours pour un public de 7 à 77 ans (en réalité de 2 à 82 ans, mais l’expression était trop belle). Je travaille désormais pour un institut bien connu délivrant cours et formations en tous genres.

Je me souviendrai toujours du jour où j’arrivai à Vienne. J’entrai à peine dans la ville au volant de ma petite voiture étudiante que je passais devant Schönbrunn. Un sentiment de familiarité m’envahit et je me dis que cette expérience allait forcément bien se passer et que j’allais adorer ce qui s’offrait à moi. Ce fut bien sûr le cas !

Schönbrunn

A mon arrivée à Vienne, chaque petite chose était pour moi une découverte et parfois une épreuve, mais cela me conférait sans cesse une mine surexcitée. Aujourd’hui je n’arrive toujours pas à réaliser que je parle allemand, travaille en allemand et réside de façon permanente en Autriche. Quand j’y pense vraiment, cela me fait rire. Ne vous imaginez même pas ce que ça donne sur le quai du métro après une journée de travail ! Ce sont toutes ces impressions que j’espère à travers mes petits billets pouvoir vous faire partager, car je sais qu’il n’y a là rien d’exceptionnel mais une série de déjà-vu que nous avons en commun.

 

Partagez cet article

2 Comments

  1. Anne-So dit :

    Rhooo ma Amélie j’t’ai reconnu!!! Même expression sur mon visage quand je passe devant les buildings de Perth! Je n’arrive toujours pas à réaliser. Des bisous.

  2. Boucle d'or dit :

    Chère rédactrice,
    Merci pour ce témoignage très beau. Cela le donne encore plus envie de voyager !
    A bientôt sur les traces de Sisi à Vienne ; (

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

69598833