Partagez cet article

A l’occasion de mon 200ème article, je souhaitais vous parler d’un des endroits ou d’une des choses que je préfère à Vienne. Je ne suis cependant pas parvenue à en trouver un ou une. Impossible. Il y a bien trop d’endroits et de curiosités que j’adore. Je décidai alors de m’interroger sur ce qui, à mes yeux, fait de Vienne une ville si particulière, que j’aurais pour sûr grand mal à quitter. La réponse s’imposa d’elle-même immédiatement : la nuit !

J’adore me promener en ville la nuit. C’est calme. Les plus beaux monuments sont généralement très bien éclairés, et surtout, j’oublie le temps, et je marche. Une bonne méthode par ailleurs contre le stress et pour « faire le vide ». Un bon moment aussi pour remarquer des choses qui parfois nous échappent quand il y a beaucoup de piétons et de circulation. Ma curiosité est alors éveillée comme rarement elle peut l’être. Je regarde quelles pièces des bâtiments officiels sont encore éclairées. Y a-t-il un bal à la Hofburg ? Y a-t-il encore quelqu’un qui travaille à la chancellerie ?

La nuit, c’est aussi l’occasion de voir se faire certains travaux d’aménagement et de voir certains services de la ville en action que l’on ne voit pas ou peu en journée.

Les balades nocturnes sont aussi pour moi un excellent moyen pour trouver des idées d’articles pour le blog, il y en a presque à chaque coin de rue 😉

Depuis que j’ai vu (enfin !) le film Le Troisième Homme, je regarde le centre-ville différemment. J’essaie de me remémorer où s’est jouée telle ou telle scène. Je trouve aussi toujours une manière de passer par le Rathaus (l’hôtel de ville), pour moi le monument le mieux éclairé de la ville. Il flamboie. On pourrait presque croire que ses flèches néo-gothiques commencent à s’embraser. J’aime également déambuler sur la Sankt-Ulrichs-Platz, dans le 7ème arrondissement, ainsi qu’aux abords de l’église Maria Treu, dans le 8ème arrondissement. Leurs pavés leur confèrent un charme incroyable.

A part quand il pleut, quand il neige, ou quand le vent semble vouloir nous emporter, je me promène la nuit ! C’est pour moi devenu important de le faire, et je me rends compte que je ne pourrais point le faire partout. En France ou en Angleterre, où j’ai vécu dans plusieurs villes auparavant, il y avait de nuit en moyenne une fois sur deux une situation qui m’effrayait. Des individus, principalement masculins, au comportement quelque peu agressif ou vulgaire croisaient très fréquemment mon chemin.  J’avais ainsi l’habitude de définir mon trajet, souvent de me faire raccompagner, et surtout, de rentrer au plus vite à la maison ou à l’hôtel. A Vienne, et en Autriche en général, je constatai rapidement que je ne sentais pas le besoin d’élaborer quelque stratégie nocturne. Je rentre à l’heure que je veux et par le chemin que je veux. Très peu de gens m’interpellent, et quand c’est le cas, les conversations et les demandes sont les mêmes qu’en plein jour. Depuis bientôt 8 ans, me promener la nuit en ville est devenu un vrai plaisir, que je ne suis pas prête à perdre ! Régulièrement, on me dit que la situation à Vienne empire en termes de violence, notamment la nuit, et vers chez moi ! Errant au moins trois fois par semaine dans les parages et à n’importe quelle heure de la nuit, je me demande sur quels faits et chiffres ces bruits peuvent être fondés. Pour ma part, en bientôt 8 ans, rien n’a changé !

Profitons de Vienne, de jour comme de nuit !

Partagez cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

69598833