Partagez cet article

Quand on sort avec des copines autrichiennes, on se rend vite compte qu’elles ne commandent pas les mêmes boissons que nous, du moins au début car on accroche assez vite aux boissons girly d’Autriche, particulièrement en été (pour les versions d’hiver, c’est par ici). A mon arrivée à Vienne, j’ai bien fait attention à demander en détail ce que contenait toute boisson de la carte. Après une aventure malencontreuse en Allemagne où, étudiante, j’avais commandé le verre de vin le moins cher et m’étais retrouvée avec du vin blanc noyé dans de l’eau gazeuse (Weinschorle en allemand, Weiß gespritzt en autrichien), j’étais sur mes gardes. Mes goûts ont évolué et je suis même capable aujourd’hui de commander sciemment un verre de Weiß gespritzt, super désaltérant l’été. Je n’ai pas poussé le vice jusqu’à tenter le Roter gespritzt (alternative avec du vin rouge) mais qui sait, une ou deux années de plus en Autriche ou Allemagne et je pourrai bientôt le rajouter à la liste. Voici un tour d’horizon, probablement non exhaustif, des rafraichissements découverts ici et qu’on vous conseille de goûter.

Les Autrichiens aiment les boissons gazeuses, que ce soit soft ou alcoolisé, à tel point qu’ils mélangent du vin avec de l’eau pétillante. On appelle le mélange avec du vin blanc le Weiß Gespritzt. Oui, c’est un sacrilège pour tout Français qui se respecte, mais finalement on s’y habitue assez vite, particulièrement lorsqu’il fait très chaud et qu’on passe la moitié de sa journée dehors, au bord du Danube ou au Museumsquartier. En général, et heureusement, le vin utilisé n’est pas un grand cru, plutôt un vin de table. C’est très rafraîchissant et ça permet d’avoir l’arrière-goût amer du vin blanc tout en se désaltérant.

Parmi les toute premières boissons de fille découvertes à Vienne, l’Aperol Spritz. Bière pour monsieur, Aperol Spritz pour madame ! Quasi un verre à pied au contenu orangé sur chaque table ! Il y a plusieurs versions de ce cocktail mais la base reste la suivante : de l’aperol (un alcool à 15° légèrement amer et orange), du vin blanc pétillant (Prosecco, Sekt) et de l’eau gazeuse. D’un établissement à l’autre, le vin blanc utilisé et les quantités de chaque élément peuvent être différents. Depuis quelques mois, la boisson italienne a envahi les tables des bars français. Il existe un autre Spritz, beaucoup moins populaire car beaucoup plus amer et moins sucré, à base de Campari.

Un ou deux étés après mon arrivée à Vienne, le Hugo a fait son apparition et a volé la vedette à l’Aperol Spritz : nouvelle couleur, nouveau design, nouvelle sensation, le Hugo était la boisson de l’été 2012 ! Le principe est le même que l’Aperol Spritz, on remplace seulement l’aperol par du sirop de sureau (il existe la variante avec du sirop de mélisse mais je n’en ai jamais vu) et on rajoute quelques feuilles de menthe. Un délice ! Le Kaiserspritzer est assez ressemblant au Hugo, il s’agit d’un Weiß gespritzt avec du sirop de sureau, en gros un Hugo où un vin blanc ordinaire remplace le vin blanc pétillant. Quasi aussi bon et encore moins cher !

Le dernier cocktail girly de ces cinq étés à Vienne est un cocktail à base de Lillet : le Lillet Spritz ou Tante Lili ! Il est composé de lillet blanc, de sirop de sureau, d’eau gazeuse et de tranches de concombre. Le Lillet est un apéritif de la région bordelaise mais je ne l’ai découvert qu’à 1.700 km de son lieu d’origine, une très bonne surprise !

Dans la lignée des nombreux Gespritzt-Spritzer, j’ai goûté dernièrement un nouveau cocktail à la fleur d’hibiscus, excellent et girly à souhait avec la petite fleur confite dans le fond du verre. C’est la fin de l’été et les spritzer vont bientôt laisser la place au Sturm puis au Punsch… qui sait ? la fleur d’hibiscus sera peut-être le sirop de sureau 2016…

Deux nouveaux Spritzers découverts lors de notre virée au Schneeberg : le Oida et le Tiroler. Il ne s’agit pas de « cocktails officiels » mais de nouvelles preuves qu’on peut décliner la recette du Spritzers à tort et à travers. Pour peu que notre déchiffrage de l’explication en dialecte de la serveuse de la Damböckhaus soit correct, le Oida est un mélange de vin blanc, eau gazeuse et sirop de fraise et le Tiroler un mélange de vin blanc et d’Almdudler.

Et comme il n’y a pas que l’alcool dans la vie, un dernier petit paragraphe sur une boisson toute simple mais dont on devient très vite dépendant : le Soda-Zitron ! Il s’agit d’un grand verre d’eau gazeuse avec du jus de citron pressé, ce n’est pas du tout sucré et très amer mais ca fait tellement de bien ! C’est la boisson incontournable de l’été ou d’après-séance de sport (s’il n’y a pas de bière sans alcool dans le coin). Ce n’est pas sorcier et simple à faire soi-même mais c’est vraiment agréable de pouvoir le commander dans n’importe quel bar d’Autriche.

 

Partagez cet article

Vendredi 21 février à 19h

Stand-up avec Tahnee !!!

Plus d'informations dans l'article correspondant sur la page d'accueil. 

69598833