Partagez cet article

Depuis mon arrivée à Vienne, je collectionne les ouvrages sur les choses insolites à voir ou à faire à Vienne. J’avais ainsi lu assez rapidement que l’on pouvait trouver une ancienne usine à l’allure de mosquée dans le 19ème arrondissement de Vienne. Intéressant, mais noyée parmi de nombreuses autres curiosités, cela ne me fit pas me rendre sur place aussi vite que j’aurais pu désormais l’espérer. En fait, il fallait encore que quelqu’un m’y pousse, et ce fut Félix, un lecteur très attentionné qui m’en parla lorsque nous réalisions son portrait. Il m’avait imprimé les informations qu’il avait trouvées dessus et m’en parla avec tant d’engouement que je m’y rendis le dimanche qui suivit. Ma sœur était à Vienne et comme à chaque fois, elle voulut faire une petite halte à Grinzing. Cette fois-ci, je décidai de faire un crochet par la Nuβwaldgasse pour que l’on y découvre ensemble ce monument dont j’étais certaine qu’il nous plairait. 

En effet ! On découvrit dans une rue plutôt étroite, adossée à un immeuble d’habitations moderne, une façade aux couleurs orientales, un petit dôme sur son toit, flanqué de deux tourelles qui font penser à des minarets ! Ils sont d’ailleurs tous trois surmontés d’une pointe métallique travaillée. Il ne s’agit pas de la combinaison d’un croissant de lune et d’une étoile comme dans une mosquée, mais cela témoigne bien de la volonté des bâtisseurs de s’approcher au plus près de l’architecture musulmane. Une telle construction soulèverait aujourd’hui de nombreux débats, ce qui ne fut pas le cas lors de sa construction à la toute fin du XIXème siècle. Il faut dire que l’orientalisme était alors à la mode ! Je connaissais bien la décoration intérieure, les façades de maison et d’hôtels particuliers à l’orientale, mais la façade d’une usine !

La construction de la Zacherlfabrik fut commandée par Johann Evangelist Zacherl à deux architectes viennois qui utilisèrent des matériaux locaux. Les carreaux de céramique furent par exemple produits par Wienerberger, alors la plus grosse usine de production de briques ! (Un article à ce sujet viendra d’ailleurs bien un jour). 

Johann, le père de Johann Evangelist, avait lancé à Vienne la production d’une poudre insecticide contre les mites qui s’attaquent aux tissus, qu’il découvrit en Géorgie lors d’un voyage. Cette usine servait donc à produire un insecticide ! Mais un insecticide qui se vendit dans le monde entier jusqu’à la Seconde Guerre mondiale. La famille Zacherl avait notamment des magasins à Paris, Londres, Constantinople, et New York pour vendre sa « Original Persisches Pulver » (véritable poudre persane). Avec le développement d’une chimie plus moderne, l’usine fut fermée après la guerre. Un des descendants de la famille en fit un lieu pour des ateliers d’artistes et des productions artistiques en 2006. Il dut cependant fermer ses portes au public en 2013 à cause d’un besoin de mise aux normes bien trop coûteux. Il y a tout de même encore très rarement quelques petits événements publics dans ses locaux. Si vous en êtes informés, faites-le moi savoir ! Vous verrez qu’après avoir découvert la façade de l’édifice, on n’a qu’un souhait, découvrir son intérieur et l’envergure du complexe.

En tout cas, pensez bien à faire un petit détour par là pour découvrir cette usine des plus originales ! Elle se trouve aussi à quelques minutes à pied d’un parc japonais !

Informations pratiques

Adresse : 14-16 Nuβwaldgasse, 1190 Vienne

Pour s’y rendre on peut prendre la ligne de tram 37 (arrêt : Barawitzkagasse) ou 38 (arrêt : Silbergasse) ou les lignes de bus 10A ou 39A (arrêt Saarplatz). 

Partagez cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Venez découvrir de grands

cafés littéraires viennois

 

Dimanche 24 mars à 17h à la VHS Meidling

Plus d'informations dans l'article qui lui est dédié !

 

 

69598833