Partagez cet article

Connaissiez-vous le lapin de Pâques avant d’arriver en Autriche ? Moi pas.

C’est ainsi qu’un jour un collègue me surprit en m’offrant un lapin en chocolat tout en me disant « Grüβe vom Osterhasen ». Je lui répondis que j’allais bien manger l’animal, qu’il n’avait vraiment aucun souci à se faire là-dessus, mais que je me devais de lui demander qui était cet « Osterhase » qui souhaitait apparemment tant me saluer. Il me déclara, étonné, « le lapin ! » qui apporte les chocolats pour Pâques ! Oh que c’est mignon ! Un lapin qui apporte les chocolats pour Pâques. Au moins cela fait moins de bruit que les cloches. Je dus toutefois sonner l’alarme pour une petite explication. Nous avions en effet la semaine précédente débattu entre collègues de la différence entre « der Hase » (le lièvre) et « das Kaninchen » (le lapin) et il m’offrait là un lapin de Pâques en chocolat que je devais littéralement appeler « lièvre de Pâques ». Afin d’éviter tout débordement, nous décidâmes de manger au plus vite la bête et de ne plus parler de ce sujet ô combien brûlant jusqu’à l’année suivante. Sage ou gourmande décision.

Vous vous doutez bien que je ne pouvais en rester là. Il me fallait savoir s’il s’agissait d’un lièvre ou d’un lapin, et pourquoi c’était lui qui était de corvée d’œufs de Pâques. Ainsi, après quelques lectures et interrogatoires, je suis à même de vous livrer quelques informations croustillantes sur ce lapin-lièvre (ou lièvre-lapin). Le lapin et le lièvre ont toujours été, depuis au moins l’Antiquité, associés au printemps, à cette période de renaissance de la nature pendant laquelle les festivités de Pâques prirent naturellement place. Quel animal pourrait en effet mieux symboliser la fertilité que le lièvre ? Le lapin ! Il devint aussi au Moyen Âge un symbole associé au Christ. Je vous invite d’ailleurs à regarder les œuvres peintes et tissées de cette époque. Vous ne cesserez d’en voir (littéralement, ils pullulent). Les œufs ont bien sûr toujours tenu une très grande place dans les célébrations de Pâques. On les conservait effectivement pendant le Carême et on se les offrait ensuite. Très tôt on les colora et les peignit. Dans l’espace germanique, un motif très original était alors représenté, le « Dreihasenbild » (image des trois lièvres). Il est composé de trois lièvres dessinant un cercle avec leurs corps et reliés par leurs oreilles. On ne voit d’ailleurs que trois oreilles. Chacune servant également au lapin suivant. Une belle figuration du dogme de la Trinité !

Dreihasenbild sculpté sur la cathédrale de Paderborn (Rhénanie-du-Nord-Westphalie)

 

La tradition du lapin-lièvre peignant et cachant les œufs (c’est sûr que cet animal sait bien se cacher, et très vite) serait d’origine protestante, aurait vu le jour en Allemagne, et remonterait à la fin du XVIIIème siècle. Comment en effet expliquer dans les familles protestantes l’arrivée soudaine de nombreux œufs alors que l’on ne s’est pas interdit de les manger pendant Carême ? Et bien qui de mieux qu’un lapin-lièvre pour expliquer cela en les apportant lui-même ? Désormais seul et plus attaché à deux compères, il ne va plus que de triomphe en triomphe. Cartes postales, objets en tout genre, sucreries, chocolats, on le voit de plus en plus lors des derniers siècles dans les régions germanophones de l’Europe, dont bien sûr l’Alsace-Moselle. En Autriche, il s’établit véritablement le siècle dernier, les traditions locales ayant perduré un peu plus longtemps qu’ailleurs.

Avec toutes ces découvertes, j’avais envie de faire connaître à mes collègues, ce qui s’offrait en France à Pâques. Une fois arrivée pour les vacances dans ma Bourgogne natale, je m’empressai d’aller au supermarché pour rapporter friture, cloches et poules en chocolat en Autriche. Mais qui était là pour m’accueillir en tête de gondole ? Un présentoir plein de lapins en chocolat ! Il semblerait en effet qu’une célèbre marque de chocolats suisse standardise quelque peu l’image des chocolats dont on peut se gaver à Pâques. En tout cas, mes collègues étaient ravis de découvrir d’autres formes en chocolat pour Pâques.

Plus d’articles sur les traditions de Pâques en Autriche en cliquant ICI !

 

Partagez cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

69598833