travail Vienne

Chercher (et si possible trouver) un travail à Vienne

Partagez cet article

Nous sommes toutes les deux passées par la case « recherche de travail » à Vienne. Dans cet article, on vous raconte rapidement les points marquants de cette phase et les divers conseils donnés par les amis, les professionnels ou encore ceux tirés de nos propres expériences.

 

L’AMS

L’AMS est le service en charge du marché du travail. Ils soutiennent les demandeurs d’emploi en leur transmettant des offres correspondant à leurs profils, en finançant des formations si besoin et en gérant certaines aides financières (allocations chômage, aide minimum versée lorsque la durée de perception des allocations chômage est passée, aide financière pour la formation continue, retraite anticipée à temps partiel, diverses allocations spéciales relatives à des lois spécifiques).

L’allocation est calculée par jour, il vous faut donc vous inscrire dès votre premier jour de chômage. Il y a de nombreux bureaux de l’AMS dans la ville et les démarches n’excèdent normalement pas une heure.

Lorsqu’on reçoit une offre d’emploi de l’AMS, on a l’obligation d’y donner suite, soit en postulant soit en refusant l’offre. Dans les deux cas il faut en informer l’AMS. Nous n’avons ni l’une ni l’autre reçu d’offres de l’AMS. J’ai entendu plusieurs fois que les offres reçues ne correspondaient pas toujours aux attentes de mes amis chômeurs. Le conseiller que j’ai rencontré la dernière fois m’a dit que seulement 12% des entreprises en Autriche envoient leurs offres d’emploi à pourvoir à l’AMS. L’AMS reste cependant la plus grosse bourse d’emplois. Le mieux est de chercher par soi-même et de ne pas attendre passivement. Cela vient aussi de la façon dont le site de l’AMS et votre conseiller définissent ce que vous cherchez, c’est toujours très restrictif.

Hormis le peu d’aide effective dans ma recherche d’emploi (tout dépend des profils), j’ai une assez bonne expérience avec l’AMS. J’avais en tête de trouver un travail par moi-même et j’attendais de ce service que les démarches administratives soient simples et compréhensibles. Il y a un service en ligne qui permet de s’inscrire en annonçant à l’avance la date à laquelle on sera sans emploi, on peut également faire la demande d’allocation chômage, demander un rendez-vous, avoir un récapitulatif des rendez-vous à venir, des documents importants (notification de réception transmise par mail), on peut également annoncer sa date de fin de chômage dès qu’on la connait. On reçoit un SMS de rappel la veille de chaque rendez-vous. Il y a 14 centres AMS à Vienne. Les demandeurs d’emploi sont répartis entre les différents conseillers en fonction de leur date de naissance. A ma dernière visite au centre AMS du 10ème, ils avaient réorganisé la répartition afin que les conseillers aient moins de personnes à suivre et puissent passer plus de temps avec chacune d’elles (ils sont passés de 900 à 300 personnes dont ils doivent s’occuper, d’après le conseiller qui m’a reçue – 3 fois moins, cela me parait beaucoup mais je retranscris les infos pêle-mêle. En général, on n’attend pas, les horaires de rendez-vous sont respectés. J’ai constaté une différence entre les premiers et le dernier rendez-vous où le conseiller a pris plus de temps pour m’orienter. Le service en ligne semble également asez bien organisé, j’y ai fait appel une fois et ai rapidement eu l’information que je souhaitais. Si vous souhaitez faire un cours d’allemand ou suivre une formation, parlez-en dès votre premier rendez-vous, les frais seront sans doute pris en charge.

Le CV et l’allemand

Je ne vais pas expliquer comment rédiger un CV à l’autrichienne mais juste transmettre quelques conseils qu’on m’a donnés. J’ai demandé à une entreprise spécialisée en recrutement d’évaluer mon CV. Je leur en ai envoyé une version en anglais, comptant postuler dans des entreprises internationales. On m’a conseillé d’en faire une deuxième version en allemand afin de m’assurer que mon parcours professionnel soit compris correctement. Parler allemand et montrer à travers le CV et la lettre de motivation que vous maîtrisez la langue de Goethe aident indéniablement à trouver un travail en Autriche.

J’avais gardé en mémoire, de l’époque lointaine « recherche de stage », que pour éviter toute discrimination, les recruteurs ne pouvaient exiger un CV avec photo. Pas de règle précise mais, en tout cas, pas d’obligation sur ce point. N’ayant pas de photographie qui me plaise sous la main, j’ai opté pour la version sans photo. Ce n’est pas la règle à Vienne : un recruteur m’a demandé de lui renvoyer un CV avec photo, plusieurs offres stipulent qu’il faut joindre un CV avec sa trombine et lors d’une deuxième évaluation de mon CV par un professionnel du recrutement, il m’a également conseillé de montrer ma tête. Un argument était que ce qu’on ne montre pas, on cherche à le cacher.

Trouver le job de ses rêves

  • Candidatures spontanées

Un des points forts d’un Français à l’étranger peut évidemment être le fait d’être français et ça peut être plus facile de trouver dans une entreprise française. Plusieurs organisations françaises s’occupent du réseau français et peuvent vous aider à avoir des contacts, on en parle dans le paragraphe suivant.

Les amis, les connaissances, le réseau français

On l’a beaucoup entendu pendant notre recherche d’emploi et on l’a expérimenté: passer par des connaissances pour accéder plus rapidement aux services RH, ça fonctionne ! Un peu trop naive, je pensais que postuler à des offres qui correspondaient à mon profil me permettrait de trouver rapidement un poste, je ne suis pas suffisamment spécialiste dans un domaine pour que ça fonctionne si bien. Ca ne signifie pas que ça ne marche jamais, heureusement ! Mais si vous voulez mettre toutes les chances de votre côté, n’hésitez pas à activer votre réseau !

Deux organisations françaises peuvent vous aider dans vos démarches: servithink qui met en contact les entreprises françaises et les candidats, et la Chambre de Commerce Franco-Autrichienne (CCFA) chargée du réseau franco-autrichien – vous pouvez y commander la liste des entreprises françaises installées en Autriche.

Pour plus d’informations, vous pouvez consulter la page de l’ambassade de France à Vienne.

Le salaire

Ce point a été une des difficultés majeures dans ma recherche d’emploi. Il est souvent indiqué un salaire minimum dans les offres d’emploi. Ce salaire est souvent très peu élevé. On m’a expliqué qu’on peut largement dépasser ce montant indicatif lorsqu’on nous demande nos prétentions salariales en entretien. Ceci est un point positif mais le point négatif est qu’il est difficile d’avoir une idée de ce qu’est un salaire « normal » en Autriche. On ne peut pas vraiment comparer avec les salaires de nos amis parisiens, si on est autour de la trentaine on ne peut pas comparer non plus avec nos amis autrichiens du même âge qui finissent à peine leurs études.

Le mieux est de demander en direct à un professionnel du recrutement qui évaluera en fonction du CV.

Le Schnuppertag

Découverte de ma recherche d’emploi: le concept de “Schnuppertag” (“journée découverte”) qui est monnaie courante d’après mes sources de renseignement autrichiennes ! Pendant une partie de la journée (pour moi, c’était de 10 à 15h), on est invité à regarder quel est le travail, comment ça fonctionne, qui sont les collègues… et l’entreprise de son côté observe si vous pourriez effectivement correspondre au poste et comment vous vous comportez. Il y avait une part d’ombre là-dedans pour moi, en effet où se situe la limite entre “journée d’essai” et “journée découverte” – mis à part le fait que la première est payée et soumise à un contrat alors que la seconde fait office d’étape de recrutement. D’après mes sources et ce que j’ai vécu, pendant le Schnuppertag, vous n’êtes pas censé travailler, juste observer, poser des questions et vous projeter pendant que les personnes avec qui vous passez la journée sont, a priori, en train de vous évaluer. Donc il faut montrer, sans toucher, qu’on est la personne de la situation. Quand vous êtes arrivés à ce stade, ne pensez pas que c’est dans la poche, même si les gens vous demandent 20 fois si le job vous plait. Ils ont posé ou poseront cette question à d’autres que vous !

 

Partagez cet article

Vous pourriez également aimer...

2 commentaires

  1. Amateur a dit :

    Très intéressant cet article encore.
    J’ai deux remarques à ce sujet :

    1) Il y a une information erronée. Il n’est pas obligatoire de postuler à une offre envoyée par l’AMS, ce qui est obligatoire, c’est de donner suite à l’offre de l’AMS sous un certain délai court (à voir sur la Betreuungsvereinbarung). Donner suite, c’est soit postuler et en informer l’AMS, soit refuser l’offre en justifiant le refus (cela m’est arrivé car ils envoient parfois des offres où il cherchent un profil complètement différent).

    2) la question du salaire. Personnellement, je trouve plus difficile de savoir quel salaire je pourrais avoir en France. Les salaires dans les pays germanophones suivent des conventions collectives (Kollektivverträge) par branche avec salaire minimum suivant l’ancienneté (certaines sociétés comme les call centers par exemple ne paient que le minimum), si il est possible de négocier plus, c’est écrit sur l’offre. De plus, il est facile de trouver des informations sur les salaires de débutants suivant la formation que l’on a suivi (chercher Einstiegsgehälter sur internet). Un avantage des pays germanophones, ils ne font pas de ségrégation à la française entre ceux qui sortent de l’université et ceux qui sortent de grandes écoles.
    Même si les autrichiens terminent souvent plus tard leurs études, beaucoup ont déjà de l’expérience professionnelle : soit ils ont fait précédemment une formation professionnelle (Lehre / Berufsausbildung), soit ils ont travaillé à côté de leurs études.
    Enfin, il y a souvent des articles sur les salaires en Autriche. Cela donne une petite idée, notamment les études et articles de Conrad Pramböck, considéré ici comme “le spécialiste” des questions de salaire en Autriche.

    J’aimerais à ce sujet poser deux questions : tu as reçu des informations de professionnels du recrutement ? As tu des professionnels à conseiller sur ce sujet ? Sur beaucoup de postes, il y a un budget, soit le salaire demandé correspond au budget, soit la personne demande plus et donc est d’office retirée de la liste des candidats, à moins d’avoir un profil très recherché. Comme le chômage a beaucoup augmenté en Autriche, les salaires d’embauche semblent avoir diminués.

    1. amelise a dit :

      Merci pour le commentaires et les remarques. J’ai corrigé l’erreur.
      Lorsque j’ai cherché un emploi, j’ai demandé un rendez-vous à Servithink. Nous avons revu mon CV et j’ai pu à cette occasion demander des explications sur le salaire et sur ce qu’il était possible de demander vu mon parcours (en cohérence avec le poste auquel j’aurais postulé évidemment !).
      Le salaire indiqué sur les offres est un salaire minimum. Il est tout à fait possible de demander davantage si cela est justifié.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *