Partagez cet article

Si l’on m’avait dit qu’un jour je recommanderais une salade à base de pommes de terre, jamais je n’aurais pu y croire. En France, j’avais horreur de ce type de plat ! Je ne pense pas être difficile, mais je n’aime, ni les harengs fumés, ni ce qui trempe dans la mayonnaise, surtout si elle n’est pas maison. Alors pas question de salades de patates harengs (comme on dit chez moi) ou de piémontaise. Jusqu’à il y a quelques années, une salade avec des pommes de terre était pour moi synonyme d’abstinence. Enfin tout cela c’était avant que je ne m’installe en Autriche.
Parmi les premiers plats que j’allai manger au restaurant, il y avait bien sûr la fameuse escalope viennoise, Schnitzel. Je n’étais pas encore en mesure de comprendre le menu, ne sachant alors que me présenter et compter jusqu’à 20 (difficilement d’ailleurs). Quel fut alors mon étonnement lorsque l’on m’apporta avec ce plat une coupelle de pommes de terre en salade ! J’eus tout de suite le sentiment de m’être faite avoir, mais la douceur qu’inspiraient ces morceaux de pommes de terre moelleux m’empêcha de me révolter. L’impression de dégout céda vite la place à l’envie de déguster cet accompagnement que je trouvai si mignon. Une bouchée et un monde qui s’effondre. Oui ! Je pouvais aimer la salade de pommes de terre. Ainsi je pris vite l’habitude d’en commander dans les endroits qui en proposent. Mon intérêt pour le tubercule grandit un peu et me mena même jusqu’à la fête de la patate de Stockerau. La consistance de la salade, fondante, restait pour moi une énigme. Comment était-il possible d’y parvenir ? Je le compris le jour où une collègue m’expliqua que sa mère faisait la meilleure Wiener Erdäpfelsalat (salade de pommes de terre à la viennoise) parce qu’elle faisait un excellent bouillon maison. Salade. Bouillon. Je ne comprenais rien ! Elle m’expliqua alors qu’une fois les pommes de terre cuites, on leur fait boire du bouillon. C’était donc ça ! Du bouillon ! Incroyable !
Il me fallut tout de même un peu de temps (quelques années) pour que j’ose me lancer. C’était une belle journée de juillet dans mon village natal en Bourgogne. J’avais dit à Maman que je m’occuperais du repas du soir. Je remarquai bien qu’elle attendait quelque chose d’original. Après réflexion, je décidai d’entreprendre la préparation d’une salade de patates comme en Autriche (c’est ainsi qu’elle fut baptisée). Formidable ! Tout le monde en redemandait ! Je ne peux donc que vous inviter à faire de même.

 

Recette

Pour 4 personnes

Ingrédients :

600 g de pommes de terre cuites et épluchées
60 g d’oignons coupés fin
¼ L de bouillon (à vous de choisir votre bouillon préféré)
3 cuillères à soupe de vinaigre de pommes
6 cuillères à soupe d’huile de graines de courge
Sel et poivre
Estragon (si on veut)
Ciboulette

Déroulement :

Epluchez les patates chaudes et coupez-les finement.
Ajoutez au bouillon chaud (bouillon qui vient de bouillonner) les oignons, l’huile, le vinaigre, le sel, le poivre et l’estragon.
Versez le tout sur les patates pour qu’elles en soient recouvertes.
Laissez les patates boire le bouillon puis remuez pour bien lier le tout.
On peut y ajouter un peu de sucre ou de la moutarde.
Avant de la servir, on peut la recouvrir d’un peu de ciboulette.
Pour ma part, j’aime la servir avec de la mâche.
Bon appétit !

 

Partagez cet article

2 Comments

  1. Altösterreicher dit :

    Âlo, bonjour, salue,
    le Erdapfelsalat est trés compliqué, et – en verité – on a son propre “à l’acienne”. Ca commence avec les pommes de terre:
    il faut des “Salaterdäpfel”(hartkochend).
    Chez nous, on donnera prime à Erdäpfelsalat melange avec la mâche.
    Bon appétite à tout le monde

  2. viplady.info dit :

    On peut faire cette recette en toute saison car on trouve des pommes de terre toute l annee ou presque mais elle est quand meme plus sympa l hiver.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

69598833