Partagez cet article

Ce fut il y a quelques années que je vis à l’automne pour la première fois fleurir, ou plutôt se poser, de nombreuses cigognes dans la campagne autrichienne. Elles étaient pour le moins curieuses. Elles se pavanaient devant les maisons, ne semblant pouvoir être effrayées et restant sur place en toutes circonstances. Le grand sourire qu’elles affichaient devait y être pour quelque chose. Et elles étaient fières, très fières ! Il faut dire qu’elles portaient dans leurs becs chacune un nouveau-né !

Je n’en revenais pas. Cette histoire de cigognes apportant les bébés chez leurs futurs parents était donc vraie. Les véritables cigognes étaient bien sûr parties, et les nourrissons rentrés au chaud dans leurs foyers. Mais l’événement restait tout de même quelque temps façonné dans du bois devant les maisons choisies pour les livraisons. On peut ainsi y lire le prénom de l’enfant, sa date de naissance et parfois même son poids et sa taille.

Je reste fascinée par cette manière de célébrer les naissances en Autriche, et plus particulièrement à la campagne. Ayant moi-même grandi dans un petit village rural de 300 âmes, je connais bien l’importance qu’une naissance a pour la vie de ce dernier.

Je me posais bien sûr de nombreuses questions quant à cette tradition. Depuis quand pouvait-elle bien exister ? Qui réalisait ces cigognes ? Etaient-elles transmises de générations en générations ? J’appris ainsi à ma grande surprise qu’il s’agissait d’une coutume plutôt récente, apparue dans les années 90 et que l’on pouvait très facilement acquérir ces spécimens pour une vingtaine d’euros (cela me donne déjà des idées de cadeaux !). La plupart sont d’ailleurs offertes par la marraine ou future marraine de l’enfant, et donc ainsi point réutilisées. J’étais bien sûr quelque peu surprise par ces explications après tout ce que je m’étais imaginée autour de ce volatile en bois. Cependant, je trouve ce marquage dans le paysage très agréable et très optimiste dans des campagnes qui voient de moins en moins de naissances (Source : Statistik Austria). Une belle manière d’accueillir les nouvelles générations !

 

Partagez cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

69598833