Partagez cet article

Non, je ne viens pas du Burgenland ! Je viens de « Burgund » (Bourgogne en allemand). Si je vous dis cela, c’est parce que cela n’était pas très clair pour moi lorsque je suis arrivée à Vienne il y a un peu plus de 7 ans.

Tout cela commença dans un supermarché au rayon vins. Des amis autrichiens m’avaient invitée à dîner et je souhaitais apporter quelques bouteilles de vin. Sur la plupart des bouteilles je lus « Burgenland ». « On pouvait trouver autant de vins bourguignons en Autriche ! » me dis-je, ravie. Certes je trouvai la forme des bouteilles un peu trop quelconque pour des vins de Bourgogne, mais je pensai que cela devait être fait exprès pour l’exportation. J’étais ainsi très fière d’offrir du vin de Bourgogne à mes amis. Quand je leur dis qu’il s’agissait du vin de chez moi, ils me demandèrent si j’avais déménagé. C’est là qu’en remarquant le rouge-blanc-rouge du bouchon je compris que j’avais confondu Burgenland avec « Burgund » (A ce moment-là mon allemand se résumait à quatre phrases et au plus trente mots). Le vin a tout de même été bu et la petite histoire est restée. J’étais si contente de trouver des rayonnages pleins de vins que je pensais bourguignons que je n’avais même pas regardé de quelles communes ou de quels domaines ils provenaient.

Depuis, je suis allée arpenter mes terres, enfin ces terres bourguignonnes autrichiennes. Je m’y suis sentie comme à la maison. Des vignes. Des massifs forestiers. Beaucoup de ruralité. (Je fais volontairement l’impasse sur le Neusiedlersee, la grande plaine de Pannonie et l’absence de bocages 😉) J’étais chez moi ! D’une erreur de compréhension, j’appris à connaître davantage mon pays d’adoption et à me l’approprier. J’espère que toutes les personnes originaires du Burgenland qui liront cet article se sentiront attirées en retour par la Bourgogne !

J’envisage d’ailleurs la création d’un grand jumelage que je compte soumettre aux autorités régionales. J’espère que les Francs-Comtois, avec lesquels nous formons désormais la très belle région Bourgogne-Franche-Comté ne s’y opposeront pas.

Vive la Bourgogne ! Vive le Burgenland !

 

Partagez cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

69598833