Partagez cet article

St. Pölten, la ville dont tout le monde vous dit qu’elle est ennuyeuse, qu’il n’y a rien à y voir ou à y faire. Eh bien non ! Certes la ville ne regorge pas de trésors qui puissent la rendre très touristiques, mais elle peut bien mériter un petit détour. Ainsi, si vous prévoyez de vous adonner à du tourisme très local, si vous souhaitez surprendre des amis, notamment autrichiens, avec une destination atypique, ou que vous souhaitez faire une halte avant de rentrer à Vienne, entrez dans St. Pölten ! Dans cet article, je vous propose un petit guide de la ville à partir des découvertes que j’y ai faites, et à suivre avec le plan que j’ai dessiné.

On commence notre visite en sortant de la gare et en s’engouffrant dans l’une des plus importantes artères commerciales de la ville, la Kremser Gasse. A l’entrée de cette dernière (n°1 sur le plan), une impressionnante demeure, la maison Stöhr. Elle fut construite par l’architecte Joseph Maria Olbrich, l’un des pères de la Sécession viennoise. Une bâtisse imposante et élégante dont les décors se rapportent à la médecine, puisque son propriétaire était le directeur de l’hôpital de la ville. Longtemps on n’apprécia pas son architecture novatrice et on la qualifiait de maison de l’ambassade de Chine.

Place ensuite à la place de l’hôtel de ville (n°2 – Rathausplatz). Typique des villes autrichiennes de province : bel hôtel de ville, église, colonne de la peste. Le tout baroquisé au XVIIIème siècle. Mais aussi une place qui invite vraiment à prendre un verre sur l’une de ses nombreuses terrasses de café. On y voit aussi un poteau plein de panneaux de direction, construit pour soutenir la candidature de la ville pour devenir capitale européenne de la culture en 2024. Manque de pot, la ville fut coiffée au poteau par Bad Ischl ! Niveau couleurs, beaucoup de rose, sur la façade de l’hôtel de ville et celle de l’église du monastère des franciscains de l’autre côté de la place. La tour de l’hôtel de ville est toutefois plus ancienne que son décor kitsch, elle fut construite en 1591. On a même retrouvé des décors de la fin du XIVème siècle sur sa façade !

On pénètre ensuite dans la Prandtauerstraße, du nom du grand architecte autrichien qui baroquisa St. Pölten au XVIIIème siècle, pour faire un tour au musée de la ville (n°3 – Stadtmuseum). Il est bien sûr consacré à l’histoire de la ville depuis la préhistoire, mais abrite aussi une belle collection d’œuvres d’art Jugendstil. L’exposition temporaire en cours est consacrée à la mort, ou plutôt à la manière dont on la célèbre, de la préhistoire à nos jours. Je vous la recommande si c’est un sujet que vous ne connaissez pas trop. Elle est d’ailleurs prolongée jusqu’au 30 août 2020. (Entrée gratuite avec la Niederösterreich-CARD). 

On redescend la rue et on prend la première à gauche (n°4) pour admirer l’imposante façade baroque, l’une des plus belles d’Autriche, de l’Institut des demoiselles anglaises (Englischen Fräulein), fondé en 1706, pour éduquer les jeunes filles de la noblesse. Aujourd’hui école privée très réputée.

On poursuit notre balade sur la Wiener Straße et on s’arrête sur la Riemerplatz (n°5). Faites attention à ce que vous dites, une grande oreille sculptée trône au milieu de la place. Elle est le fruit du travail du sculpteur néerlandais Hein Mader, et les habitants disent pour plaisanter qu’il s’agit de l’oreille du maire, attentif à tout ce qui se passe. Divertissant.

Vient ensuite la pharmacie au lion d’or (n° 6 – Apotheke zum Gold Löwen). Originale par ses vieux volets peints en trompe-l’œil. Il s’agit de la plus ancienne pharmacie de la ville, ouverte en 1545, et aussi du plus ancien commerce encore présent dans la ville.

On remonte quelque peu la Kremser Gasse pour découvrir une autre maison originale, la maison des assiettes (n°7 – Tellerhaus). Les 168 assiettes portent toutes un motif d’oignon et prennent la place des volets. Elles sont là pour rappeler que la maison abrita un temps une boutique spécialisée dans la porcelaine. Amusant.

On reprend la Wiener Straße et on s’arrête devant la maison baroque n°34 (n°8 sur plan). Une maison dans laquelle se rendit Napoléon en 1805, lors de la première campagne militaire qui eut pour but de soumettre l’Autriche.

Il est maintenant temps de découvrir la cathédrale de St. Pölten (n°9). Une cathédrale qui présente en façade très peu de décors et d’ouverture. Elle montre en effet toujours ses murs de la période romane qui rappelle sa construction, du XIème au XIVème siècle. Pas pompeuse pour un sou, enfin sauf à l’intérieur, où l’on assiste à un véritable déploiement de décors baroques.

Ensuite on peut poursuivre notre balade derrière la place dans les cours et espaces entourant les nombreux bâtiments de l’évêché. Des endroits calmes, romantiques et bucoliques.

En sortant de ce bel ensemble architectural (n°10), on tombe sur un homme semblant porter le ciel sur son dos. Il s’agit de la très belle sculpture du monument commémorant les soldats morts lors de la Première Guerre mondiale.

On remonte ensuite un peu la rue et on arrive au niveau de ce qui semble être une pataugeoire ouverte à tous et à tout heure (n°11). Il s’agit en réalité d’une fontaine, mais sa forme et sa couleur donne bien envie d’y faire trempette en été. Je ne sais si c’est voulu, mais cette fontaine-piscine se trouve le long d’une rue-place appelée « Am Bischofteich », ce qui signifie « sur la mare de l’évêque ». Et cette fontaine-piscine-mare fait face à une très belle bâtisse, l’hôtel du canton (Bezirkshauptmannschaft). A St. Pölten, on ne lésine pas sur les bâtiments administratifs !

Si l’on veut encore plus de vert, on remonte ensuite la Parkpromenade pour aller se promener dans le très beau parc Sparkasse, du nom de la banque (n°12) ! Vous me direz, en vous tenant ainsi à distance des commerces, vous faites peut-être des économies.

Je vous propose maintenant de faire un crochet par quelque chose de plutôt moche, les trois tours d’immeubles de la Neugebäudeplatz (n°13), d’ailleurs baptisée place des nouveaux bâtiments. A l’époque de leur construction, dans les années 70, cela n’avait rien d’ironique. 😉 En décalage avec leur environnement, ils témoignent néanmoins du besoin de logements de l’époque, et pour ma part ils me font penser aux Legos avec lesquels je jouais petite. On retrouve les mêmes tours dans d’autres villes, comme par exemple à Linz. 

On marche ensuite le long de la Doktor-Karl-Renner-Promenade jusqu’à la synagogue (n°14). Cette synagogue est l’un des rares exemples de synagogues Jugenstil d’Autriche, construite en 1913. Comme toutes les autres synagogues du pays, elle fut ravagée lors du Pogrom de novembre 1938. Sa restauration commença en 1980, et on peut désormais la voir dans sa splendeur d’autrefois. Elle est ouverte à la visite de juin à septembre, consultez ICI les horaires. 

Il est désormais temps de pénétrer dans la St. Pölten capitale ! Oui, capitale de la Basse-Autriche, ce n’est pas rien, et le Landhausviertel (quartier de l’hôtel de région), le prouve ! Dans sa partie culturelle (Kulturbezirk), on trouve le musée de la Basse-Autriche (n°15 – Museum Niederösterreich). Il est composé d’une maison de l’histoire et d’une maison de la nature. La maison de la nature est bien sympa, surtout avec les enfants, et la maison de l’histoire peut intéresser tout le monde ! Elle est organisée de façon thématique, et sa présentation est faite pour faciliter le dialogue entre les visiteurs, afin que les histoires individuelles et familiales rejoignent la grande Histoire. Une démarche intéressante et qui marche ! Ses expositions temporaires sont très intéressantes et extrêmement bien documentées. Elles portent sur l’histoire du XXème siècle, et principalement de ses grands troubles. En ce moment il s’agit par exemple de l’enfance d’Hitler. Le musée rouvre ses portes le 1er juillet. (Entrée gratuite avec la Niederösterreich-CARD

Si vous souhaitez en savoir plus sur cette partie de la ville assez mégalo, j’y ai déjà consacré un article

Il y a bien sûr plus de choses à voir à St. Pölten, mais je n’ai souhaité vous présenter que ce que je connais bien et apprécie 😉  

Informations pratiques

Combien de temps faut-il pour aller de Vienne à Sankt Pölten ?

Une  vingtaine de minutes en train (trains très très fréquents).

Environ trois quart d’heure en voiture.

 

Partagez cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

69598833