Partagez cet article

Lors de mon arrivée à Vienne, je me mis à chercher le restaurant de Sarah Wiener, cette chef autrichienne que je découvris quelques années plus tôt sur Arte à travers ses différentes émissions télévisées dédiées à la cuisine traditionnelle de très nombreuses régions du monde. Drôle de surprise, son restaurant se trouve à Berlin ! Il y a certes nombre de Viennois qui vivent dans la capitale allemande, mais ma chef, ma Sarah ! J’aurais pu boycotter ses émissions, lancer une pétition, mais une seule issue me semblait possible, me rendre lors d’un voyage dans son restaurant berlinois.

C’est ainsi que, l’hiver dernier, je franchis la porte de son établissement, le Sarah Wiener Restaurant. Il se trouve dans la Hamburger Bahnhof, une ancienne gare qui abrite aujourd’hui un musée d’art contemporain et se situe à deux pas de la Hauptbahnhof (la gare principale de Berlin). Je ne savais à quoi m’attendre et découvris un décor à la fois épuré et chaleureux, ainsi qu’une cuisine autrichienne revisitée et généreuse, et à des tarifs très accessibles. Bref, je me sentais déjà comme chez moi. J’y restai un certain temps confortablement attablée avec mon frère et ma sœur cherchant quelle stratégie adopter pour entrer en contact avec elle. Au bout d’un moment, je demandai à la serveuse si je pouvais laisser une lettre à Sarah. J’imaginais déjà qu’elle se dirait « encore une fan des émissions télé ». Peut-être que ce fut le cas, mais elle me répondit tout naturellement « oui bien sûr ! ». Je saisis alors mon bloc de feuilles et me lançai dans l’écriture d’une lettre enflammée. Gardant à l’esprit que l’important était de rester naturelle, le propos se libéra d’un coup, dans un allemand à la fois brusque et gentillet (voire naïf).

« Chère Sarah, […] après Sissi et Romy Schneider, tu es mon Autrichienne préférée ! […] Si tu as une recette pour mon blog francophone dédié à Vienne et à toute l’Autriche, surtout n’hésite pas ! »

Quelques semaines plus tard, je reçus une réponse de son assistante me disant que Sarah Wiener avait beaucoup apprécié mon petit mot (forcément et heureusement !) et souhaitais me transmettre une recette de Kaiserschmarrn. Mince ! Une des rares recettes que j’ai déjà sur mon blog ! Elle accepta cependant de m’en envoyer une autre, que pour sûr je n’aurais pas et ne connaîtrais probablement pas. En effet, il s’agit d’une soupe à la tomate accompagnée de Nockerln au basilic. Une recette concoctée par Sarah Wiener, bien estivale et qui mêle bien tradition et innovation. Je l’ai testée pour vous et vous la livre en exclusivité ! Un délice !

 

Sarah Wieners „Tomatensuppe mit Basilikumnockerln“

 

Pour 6 personnes. Les quantités peuvent être multipliées si vous disposez de faitouts ou d’autres ustensiles pour la cuisson assez grands.

Ingrédients :

2 kg de tomates

200 g d’oignons

50 g de lard

1 L de bouillon de viande

1 petit bouquet de basilic

1/8 L de lait

40 g de beurre

Sel

65 g de farine

1 œuf

Déroulement :

Lavez les tomates, ôtez-en les queues et coupez-les en dés, tout comme le lard et les oignons.

Faites revenir le lard dans un faitout, une grosse casserole ou un wok assez conséquent. Préparez un litre de bouillon. Ajoutez ensuite les oignons au lard et laissez le tout frémir un peu. Mettez-y quelques minutes plus tard les dés de tomates et le bouillon, et laissez mijoter une quinzaine de minutes.

Pendant ce temps, lavez-le basilic et coupez-le finement tout en gardant quelques feuilles pour décorer votre soupe au moment du service si vous le souhaitez. Faites chauffer le lait avec le beurre et une pincée de sel. Une fois le beurre fondu dans le lait, versez-y la farine en une fois et mélangez jusqu’à ce que la pâte forme une boule homogène qui se décolle très facilement de la casserole. Retirez-la alors du feu.

PAUSE !

Ca me rappelle quelque chose de familier. Mais oui ! La préparation des gougères de ma chère Bourgogne. Alors ça c’est fort, il s’agit également de la première étape de la confection de cette pâte à choux que l’on agrémente par la suite de fromage. Voyons ce que cela va donner…

C’EST REPARTI !

Incorporez un œuf à cette pâte puis laissez-la refroidir. Une fois la pâte bien tiède, ajoutez-y le basilic.

Le grand moment arrive ! (C’était en effet pour moi une première) Formez de petits Nockerln à l’aide de deux petites cuillères.

Une fois tous les Nockerln formés, passez la soupe dans une passoire pas trop fine afin d’obtenir une soupe assez claire. Remettez cette soupe sur le feu et mettez-y les Nockerln dès qu’elle bouillonne. Lorsque ces derniers nagent depuis quelques minutes à la surface, il est temps de préparer vos bols ou vos assiettes pour le service !

Petit conseil :

Pour ce qui est de ce qu’il reste (mélange de morceaux de tomates, oignons et lard), je vous conseille de l’incorporer à un plat de pâtes ou de l’étaler sur une pâte à pizza en tant que base, excellent !

Un grand merci à Sarah et un très bon appétit à vous !

 

Partagez cet article

1 Comment

  1. Fanny dit :

    Génial cet article ! Je suis aussi fan de Sarah Wiener et vais tester cette recette au plus vite ! 🙂
    Quelle coïncidence, j’imagine bien la texture du plat car je suis une adepte des gougères également, venant tout aussi de Bourgogne.
    Merci Amélise pour cet article !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

69598833