Partagez cet article

La Veuve Joyeuse, une opérette franco-autrichienne, au Volksoper de Vienne

Lorsque vous débarquez à l‘aéroport de Vienne et que vous arrivez aux tapis pour récupérer vos bagages, vous pouvez voir sur un des murs quelques portées de l’opérette « la Veuve Joyeuse » (die Lustige Witwe) de Franz Lehár, un compositeur autrichien d’origine hongroise. Le livret s’inspire d’une comédie française, L’attaché d’ambassade, d’Henri Mailhacs. Depuis que je suis à Vienne, cette opérette, dont l’intrigue se passe à Paris, est jouée chaque année au Volksoper (opéra populaire) mais je n’avais pas encore eu l’occasion de la voir. Un mail du site Culturall (pour acheter des billets) présentant le programme à venir m’y a fait penser et j’en ai profité pour initier une amie à la magie de la comédie jouée, chantée et dansée, un baptême tout à fait réussi !

Le Volksoper et les opérettes

Vienne, capitale de la musique classique, compte plusieurs salles d’opéra et de spectacle. Le Volksoper fait partie de mes préférées. En effet, plus petit que le Staatsoper, il offre une très bonne visibilité, même aux places les plus en hauteur. Si, malgré tout, vous craignez d’être trop loin, des jumelles sont disponibles au vestiaire pour 2€. D’autre part, comme il est moins connu et moins réputé, vous avez plus de temps pour vous décider à acheter une place pour l’un des spectacles qu’il propose. J’apprécie également les œuvres qui y sont jouées, en général assez accessibles : plusieurs opérettes autrichiennes classiques (La Veuve Joyeuse – die Lustige Witwe, La Chauve-Souris – die Fledermaus de Johann Strauss fils, Un rêve de valseur – Ein Walzertraum d’Oscar Straus), des ballets néo-classiques, des comédies musicales classiques et quelques opéras font partie de la saison 2015/2016. Le Volksoper est la seule salle à Vienne à proposer des opérettes et est reconnu mondialement pour la promotion de ce genre musical. Petit bémol, le surtitrage n’est pas toujours disponible. Si vous connaissez à l’avance l’intrigue, il n’est pas nécessaire et cela vous permettra de vous concentrer uniquement sur la scène.

Si vous ne souhaitez pas dépenser trop d’argent pour vos places, sachez que vous pouvez acheter des places debout (Stehplätze) directement en ligne pour 3€, contrairement au Staatsoper où elles sont accessibles seulement quelques heures avant la représentation. Très souvent, l’opéra n’est pas rempli et vous aurez peut-être la chance de pouvoir vous installer à une place assise une fois le spectacle commencé. Il y a également un tarif spécial pour les enfants jusqu’à leur 15ème anniversaire, ils bénéficient d’une réduction de 75%.

Situé au 78 de la Währingerstrasse, vous pouvez y accéder facilement avec le U6 ou plusieurs trams (5, 33, 38, 40 ou 41).

Un autre détail assez pratique : si vous voulez prendre un verre, avant ou après la représentation ou pendant l’entracte, il y a un café assez sympathique situé juste de l’autre côté de la rue, le Theaterpause. Le serveur a l’habitude de voir les gens débarquer à l’entracte, vous serez rapidement servis et il vous préviendra même quand il sera l’heure d’y retourner ! On a malheureusement pu constater, lors du dernier spectacle que nous sommes allés voir, que c’était fermé le dimanche. Vous pouvez sinon vous rendre au centre culturel WUK, au 59 de la Währinger Straße, qui a également un « Beisl » (café autrichien).

Partagez cet article
69598833