Réveiller le fossé des Français de Vienne

Partagez cet article

Le défi de cet hiver vous mène dans un coin de Vienne loin d’être touristique, le Franzosengraben, au fin fond du 3e arrondissement.

Pourquoi on y va ? Parce que Franzosengraben signifie littéralement « fossé des Français ».

Le défi : Vous rendre sur le Franzosengraben et vous y prendre en photo. Vous avez jusqu’au 23 mars 2023 pour réaliser ce défi. Pour qu’il soit validé, il vous suffit de m’envoyer une photo ou une vidéo de vous ou de votre groupe à pomelilou[arobase]gmail[point]com ou sur messenger (photos et vidéos ne seront pas partagées et ne seront vues que par moi). Si vous le souhaitez, vous pouvez aussi les publier sur l’événement Facebook dédié au défi afin d’en faire profiter plus de monde. Vous pouvez aussi y passer un message pour convier des gens à relever le défi avec vous !

Tous les participants au défi seront conviés à se retrouver le vendredi 24 mars à 18h pour prendre un pot.

Pourquoi le Franzosengraben s’appelle-t-il Franzosengraben ?

Ce nom lui fut donné car en 1809 les troupes napoléoniennes construisirent à cet endroit un fossé pour se doter d’un accès protégé au Danube. La terrible bataille d’Aspern-Essling eut d’ailleurs lieu non loin de là. [LIEN] Lors de travaux récents pour la construction de nouveaux immeubles, des cadavres de chevaux identifiés comme français y furent découverts.

Pourquoi réveiller le fossé des Français ?

Eh bien parce qu’il semble bien morose ! Cet axe de circulation situé au carrefour d’une sortie de l’autoroute A23 (Südosttangente ou rocade sud-est) n’est pas très vivant et intéressant. On se trouve là dans une ancienne zone industrielle actuellement en partie en reconversion. Sur ses 500 mètres de long, on passe en effet au pied d’immeubles de bureaux et d’ateliers de réparation à l’architecture assez laide, d’un karaoké, d’une station-service, d’un supermarché, d’un hôtel typique des sorties d’autoroutes et d’immenses tours d’immeubles sorties de terre il y a peu. L’endroit aurait donc bien besoin d’être un peu réveillé. Il l’est toutefois régulièrement à l’Arena, un ensemble de salles et une cour accueillant fêtes et concerts. Ces bâtiments en brique du XIXe siècle se démarquent du paysage architectural du Franzosengraben par leur ancienneté et leurs fresques murales. Ils abritaient à l’origine des abattoirs.

Que peut-on faire dans les parages ?

Si vous ne vous rendez pas à une soirée ou à un concert à l’Arena, je vous invite à aller découvrir les gazomètres de Vienne, des monuments singuliers qui valent le détour et se trouvent à deux minutes à pied du Franzosengraben. Sur place, vous vous trouvez aussi à deux pas du Prater. La passerelle Gaswerksteg à laquelle on accède depuis la Erdbergstraße permet aux piétons et aux cyclistes de se rendre directement au Prater en passant au-dessus de grands axes, d’une gare de triage et du canal du Danube (quelle traversée!). A un bon quart d’heure à pied ou une station de métro, on trouve aussi le musée des transports publics de Vienne (Remise), dont la visite est vraiment passionnante.

Informations pratiques

Le Franzosengraben se trouve entre les stations de métro Erdberg et Gasometer de la ligne U3.

La rue comptait parmi les étapes du rallye « La Vienne francophone » que j’organisai il y a peu. N’hésitez pas à m’en commander le fascicule pour plus de découvertes.

Partagez cet article

Vous pourriez également aimer...