Le Mur des Noms de Vienne

Partagez cet article

Il y a un an, on inaugurait à Vienne un deuxième mémorial dédié aux victimes autrichiennes de la Shoah dans le Ostarrichi Park, un parc situé le long de la Alser Straße devant le siège de la banque nationale autrichienne et à côté du campus Altes AKH de l’université de Vienne (dans le 9ème arrondissement). Le premier mémorial est quant à lui situé sur la Judenplatz et fut inauguré en 2000.

Ce mémorial aux enfants, femmes et hommes juifs d’Autriche tués lors de la Shoah est de grande envergure puisqu’il porte les noms de toutes victimes identifiées. C’est pour cela qu’il est aussi appelé Mur des Noms. Ainsi les noms de 64 440 victimes sont gravés sur 160 stèles de pierre qui forment un ovale invitant au recueillement. A défaut de sépultures, les victimes autrichiennes de la Shoah sont inscrites et visibles ici pour l’éternité. L’établissement de cette liste de noms, prénoms et années de naissance nécessita 15 ans de recherches dans les archives de la Résistance autrichienne (DÖW). Environ 1 000 personnes n’ont malheureusement pas pu être identifiées à ce jour.

Un projet qui mit du temps à voir le jour

Le projet pour la construction de ce mémorial fut lancé en 1995 par le chancelier et le vice-chancelier autrichiens d’alors, Franz Vranitzky et Erhard Busek. Un groupe de travail se créa sous forme d’association (Verein zur Errichtung einer Namensmauern Gedenkstätte
 für die in der Shoah ermordeten jüdischen Kinder,
 Frauen und Männer aus Österreich) pour le mettre en œuvre en 2000 autour de Kurt Yakov Tutterm, rescapé de la Shoah qui vit depuis 1948 au Canada et dont les parents furent assassinés au camp de concentration et centre d’extermination d’Auschwitz.

Les débats sur le financement et l’emplacement du Mur des Noms furent très longs et pour cela très critiqués. L’emplacement du Mur des Noms ne fut en effet décidé qu’en 2018.

Cette stèle rappelle que les victimes du régime nazi et de celles et ceux qui le soutenaient n’étaient pas seulement juives. On compte parmi elles notamment de nombreux membres des communautés sinti et rom, des personnes handicapées mentalement et physiquement, des personnes jugées asociales ou homosexuelles, des Slovènes de Carinthie et des opposants politiques ou des hommes politiques jugés gênant pour le pouvoir en place.

Parcours commémoratif sur le pogrom de novembre 1938 dans le 17ème arrondissement de Vienne

Marcher pour commémorer, c’est la démarche d‘un groupe de travail que je soutiens et qui propose chaque année un parcours commémorant les victimes du pogrom de Novembre 1938 dans un arrondissement différent de la ville de Vienne. Cette année, le parcours commémoratif aura lieu dans le 17ème arrondissement. Le rendez-vous aura lieu ce dimanche, le 13 novembre, à 15h dans le Frederic-Morton-Park. Il faut venir muni de son masque FFP2. Le parcours s‘effectuera en allemand et des points d‘information en anglais seront disponibles. Pour plus d’informations sur ce parcours et vous informer sur les précédents, cliquez ici.

Autres articles du blog traitant de la mémoire des victimes des nazis à Vienne :

La forêt du souvenir de Seestadt Aspern

Sur les traces de la Nuit de Cristal à Vienne

Les pierres du souvenir

Les synagogues disparues

Le mémorial du Kindertransport de la Westbahnhof

Le bunker de Floridsdorf

Le cimetière juif caché du 9ème arrondissement

La grande synagogue de Vienne

Le récit L’ordre du jour

Partagez cet article

Vous pourriez également aimer...