Les pierres du souvenir

Partagez cet article

C’est à Vienne que je vis ou remarquai pour la première fois ces plaques dorées faisant référence à une victime de la barbarie nazie. A Vienne, ces plaques sont principalement posées par l’association Steine der Erinnerung (pierres du souvenir) pour commémorer les victimes de l’Holocauste. Sur chaque plaque sont inscrits le nom d’une ou plusieurs victimes, la date et le lieu de leur déportation, ainsi que la date et le lieu de leur décès. Ces plaques sont disposées devant leur dernier domicile connu sur le trottoir. Sur le site de l’association, vous pourrez voir où elles se trouvent grâce à une carte interactive.

au 27 Springergasse à Vienne

On ne trouve pas seulement ces plaques à Vienne. C’est un artiste allemand, Gunter Demnig, qui lança ce projet au début des années 90. Sa forme est depuis reprise par des initiatives locales comme celle de Steine der Erinnerung (depuis 2005) à Vienne.

Le projet de Gunter Demnig

Gunter Demnig cherchait un moyen d’honorer les victimes des nazis, disparues, tuées ou qui se sont donné la mort. Son travail ne concerne pas seulement les victimes de confession juive, mais également des handicapés, des homosexuels, des opposants politiques, des Roms, des Sinté, des témoins de Jéhovah, et des Yéniches.

Les Stolpersteine

L’artiste trouva son inspiration dans un vieux dicton allemand qui dit que si une personne non-juive trébuche sur une pierre, cela signifie qu’un juif est enterré dessous. D’où le nom de Stolperstein, du verbe stolpern (trébucher) et du mot Stein (pierre, pavé), nom que Gunter Demnig déposa en tant que marque en Allemagne en 2006 et dans toute l’Europe en 2013.  Il décida ainsi en 1993 de réaliser des pierres, en l’occurrence des pavés de béton recouverts d’une plaque de laiton pour honorer ces morts, qui n’ont jamais eu droit à une sépulture digne de ce nom. Ces pavés sont disposés devant le dernier domicile connu de ces défunts par l’artiste lui-même ou par une personne de son équipe à la demande des autorités locales, et les frais engendrés sont couverts par des dons.

Le fait que l’on puisse marcher sur ces pavés, posés sur des trottoirs et des places, est souvent critiqué et vu comme une atteinte à la mémoire de ces victimes. Ainsi, certaines municipalités ne les autorisent pas.

L’organisation de Gunter Demnig a déjà posé plus de 75 000 Stolpersteine en Allemagne, en Autriche, mais aussi dans presque tous les pays d’Europe dont la France et la Belgique, et même une en Argentine.

Parcours commémoratif sur le pogrom de novembre 1938 dans le 7ème arrondissement de Vienne

Comme les deux années précédentes, je vous convie à un parcours commémorant les victimes de ce que l’on a longtemps appelé la nuit de Cristal. Après les 20ème et 15ème arrondissements, nous irons cette année honorer la mémoire de celles et ceux qui furent tués, poussés vers la mort ou vers l’exil par les nazis. Je vous prie de bien vouloir vous inscrire à l’avance. En raison de la pandémie de Covid-19 nous serons en petits groupes. Vous serez informés du point de rendez-vous après votre inscription. La durée du parcours sera d’1h15 à 1h30. La participation est gratuite.

Les parcours prévus les dimanches de novembre sont annulés en raison de la pandémie de Covid-19. Si vous souhaitez être tenu au courant des prochains par mail, inscrivez-vous au Club

Le parcours commémoratif de 2020 en allemand

Ces parcours sont le fruit du travail d’un groupe de bénévoles qui conçoit tous les ans un parcours dans un autre arrondissement de Vienne. Ils sont ensuite mis à disposition en PDF sur leur site.

Autres articles du blog traitant de la mémoire des victimes des nazis à Vienne :

Les synagogues disparues

Le mémorial du Kindertransport de la Westbahnhof

Le bunker de Floridsdorf

Le cimetière juif caché du 9ème arrondissement

La grande synagogue de Vienne

Le récit L’ordre du jour

Partagez cet article

Vous pourriez également aimer...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *