Ma rue préférée, la Clessgasse

Partagez cet article

La première fois que je m’y rendis, c’était pour l’anniversaire d’une collègue. J’avais l’impression d’aller au bout du monde. La Clessgasse se trouve en effet de l’autre côté du Danube comme on dit, dans l’arrondissement de Floridsdorf, mais surtout à l’extrémité nord-ouest de l’arrondissement, et par là même de la ville de Vienne. J’avais l’impression de me mettre en route pour un voyage. Eh bien oui, c’en est un ! La Clessgasse n’a pas l’air de faire partie de la capitale autrichienne tant elle semble faire partie d’un village. On y croise des tracteurs, des oies, des champs, des chevaux et des vignes. Cette rue, ainsi qu’une grande partie de l’ancien village de Stammersdorf (quartier de Vienne depuis 1938), sont depuis cette année mon oasis. Un endroit dépaysant où le temps semble s’écouler d’une autre manière.

Si on y voit des tracteurs et parfois même des oies et des dindes en liberté, c’est que la Clessgasse a trois fermes. Elle a aussi des chevaux et quelques vignerons qui y ont aussi leur table (Heuriger ou Buschenschank). Quand j’arpente la Clessgasse, j’ai l’impression de me retrouver par son atmosphère dans mon village d’origine en Bourgogne, un sentiment fort agréable. Cette rue se situe littéralement entre l’ancien village et les vignes. Côté pair on s’aventure par de petites rues vers le cœur de l’ancien bourg et on longe son église.

Côté impair, les ruelles se transforment en chemins, voire même en Kellergassen (rue de caves) et mènent dans les vignes.

On en a même quelques parcelles sur la rue, et surtout au bout de la rue, où on se retrouve au milieu des vignes et des champs. On y a d’ailleurs une vue imprenable sur le Bisamberg, le Leopoldsberg et la ville de Vienne.

Cette rue est pour moi une rue, ou plutôt une ruelle (elle est pavée et n’a pas de trottoir !) typique de Basse-Autriche, avec ses maisons aux portes de granges qui longent la rue et précédées de petits jardinets avec des roses et des arbustes. Il n’y a d’ailleurs pas un seul immeuble, même pas deux ou trois appartements parmi les 130 adresses de la Clessgasse.

On a l’impression d’être parti bien loin, alors que l’on est arrivé en tram ou à vélo. J’adore m’y rendre le vendredi soir pour bien entamer le week-end, en restant d’ailleurs souvent dîner dans l’un des Heuriger du quartier. Je vous recommande aussi de faire cette sortie avec des amis et de la famille de Vienne ou d’ailleurs. Tout le monde adore ! (J’en ai pour preuve les mines réjouies de la sortie que j’y organisai fin juillet). On peut aussi facilement moduler la balade dans le village et les vignes en fonction du temps et de l’énergie qu’on a.

Le nom Clessgasse est devenu pour moi synonyme d’évasion dans ma propre ville. Son nom est cependant celui du dernier responsable des postes (à l’ancienne !) de Stammersdorf, Ernst Cless, qui exerça sa fonction de 1879 à 1908.

Voilà pour ma rue préférée de Vienne ! Enfin pour le moment. Vous en avez peut-être d’autres à me suggérer. Mais vous l’aurez compris, je vous invite vivement à remonter au plus vite la Clessgasse de bout en bout !

 

Informations pratiques

A 8 minutes à pied du terminus (Stammersdorf) des lignes de tram 30 et 31 (15 minutes de tram depuis la station et gare de Floridsdorf, avec des trams très fréquents). L’avantage du terminus est aussi que l’on peut toujours attendre le départ du tram assis au chaud à l’intérieur.

A un plus d’une demi-heure à vélo depuis Spittelau.

A un quart d’heure en voiture depuis Spittelau. Le stationnement y est gratuit. 

La Stammersdorfer Straße, juste en-dessous, a de nombreux et excellents Heuriger.

Partagez cet article

Vous pourriez également aimer...

2 commentaires

  1. Hello,
    j’y suis allé une fois, j’aime bien ! Presque autant que Rodaun et Perchtoldsdorf, c’est dire !
    Au fait, puisque tu es de la campagne (moi aussi !), si on faisait un concours pour reconnaître les marques de tracteur ? C’est un Steyr sur ta photo ?
    Amitiés

    1. amelise a dit :

      Bonne idée mais lá je dirais oui juste à la couleur, ça reste léger. Je demande à Papa !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *