Friesach, une des plus belles villes de Carinthie

Partagez cet article

Vous invitant à vous rendre à Straßburg en Carinthie avec le défi du printemps 2024, je souhaite partager avec vous des endroits que j’ai adoré visiter lors de mon séjour dans le coin. J’espère qu’ils vous donneront encore plus envie de relever le défi !

La petite ville de Friesach est considérée comme l’une des plus belles villes de Carinthie et elle en est aussi la plus ancienne. D’une taille qui nous semble aujourd’hui insignifiante comparé par exemple à Klagenfurt ou à Villach, ses anciens ensembles fortifiés témoignent bien de sa grandeur passée. Friesach se trouvait en effet sur un lieu stratégique de grand passage entre Venise et Vienne, l’ancienne voie romaine Via Julia Augusta, la voie des Alpes orientales.

C’est depuis Friesach que j’avais décidé d’explorer le coin tout un week-end pour me rendre notamment à Straßburg, qui se situe à 20 kilomètres à peine.

Trois châteaux forts, des fortifications avec des douves en eau, des églises romanes…

Pour celles et ceux qui s’intéressent au Moyen Âge ou aiment voir de vielles pierres, Friesach, c’est tout simplement le paradis. Pour ma part, j’ai d’abord été saisie par les douves non asséchées et le mur d’enceinte du XIIe siècle de plus de 800 mètres de long qui encerclent une partie du centre-ville. Je n’en avais encore jamais vues en Autriche. Elles donnent beaucoup de charme à la ville et on peut se promener le long. Ne manquez alors pas de passer sur le vieux pont en pierre qui mène au cœur de la bourgade.

Question bâtisses médiévales en ruines, si on lève le nez, on ne sait plus où donner de la tête car on peut voir au-dessus du centre-ville trois châteaux forts, une tour et deux églises en ruine. Les châteaux forts Burg Geiersberg et Burg Lavant sont des propriétés privées qui ne se visitent pas, mais le grand ensemble sur le Petersberg se visite. On y accède très vite depuis la Hauptplatz par un escalier qui surplombe l’église romane massive qui est situées en dessous, l’église St-Barthélemy (St Bartholomäus). L’ascension du Petersberg et la vue que l’on a en haut permettent de bien profiter de cette église remarquable du XIIe siècle dont on voit toujours des éléments d’architecture défensive sur la façade.

En arrivant par les escaliers, on arrive au niveau de l’église St-Pierre, d’où la vue sur la vallée est splendide.

On peut aussi bien voir les autres ensembles en ruines, comme la Rotturm et l’église St-Virgile qui fut dévastée à de nombreuses reprises par des incendies et fut laissée à l’abandon. La Rotturm faisait partie d’une forteresse du XIIIe siècle et offre elle aussi un très beau point de vue sur la ville et les environs (je n’ai malheureusement pas pu m’y rendre, la prochaine fois sans faute).

Le donjon de l’ancien château fort du Petersberg est toujours debout et abrite le musée de la ville. L’ensemble fortifié est assez conséquent. Une grande cour intérieur est aménagée pour accueillir du théâtre à la belle saison, et on peut longer les murs défensifs du château.

Notez que l’on peut aussi accéder au Petersberg en voiture, si vous souhaitez éviter de gravir les 375 marches de ses escaliers.

Depuis le Petersberg, on remarquable également les nombreuses églises de la ville. Outre l’église St-Barthélemy, on ne peut rentrer dans les autres églises si ce n’est sur demande. Longeant les douves, on voit ainsi une église très longue qui est celle des Dominicains. Sur la route direction Straßburg, on passe devant l’église St-Blaise de l’ordre teutonique, d’époque romane, qui était à l’origine une église bénédictine et qui est d’ailleurs l’église mère de l’abbaye d’Admont.

Le Friesach Renaissance

La ville n’a pas que des splendeurs médiévales à offrir, mais aussi quelques ensembles Renaissance. Je vous invite donc à vous rendre dans le Fürstenhof, qui se trouve juste à côté des douves et qui abrite aujourd’hui notamment la mairie. Et sur la Hauptplatz, prenez le temps de regarder les magnifiques reliefs de la fontaine du XVIe siècle. Celle-ci se trouvait à l’origine au château Tanzenberg près de Klagenfurt, mais fut transférée ici en 1802, apportant encore plus de cachet à la place. Sur la place, on trouve un chocolatier réputé, Craigher, qui a ouvert un centre pour les visiteurs afin de s’immerger dans le monde du chocolat (je n’ai pas pu le faire non plus).

Le chantier médiéval de Friesach

Vous avez peut-être déjà entendu parler de Guédelon, le chantier d’un château fort médiéval avec les techniques et les moyens de l’époque (un endroit que je vous invite vivement à visiter dans ma Bourgogne natale). Eh bien l’Autriche a le sien, et il se trouve à Friesach (Erlebnis Burgbau Friesach), comme si ses nombreuses châteaux forts en ruines ne lui suffisait pas. Lancé en 2009, il devrait se terminer dans les années 2040. On peut le visiter et voir bénévoles, employés et chevaux travailler à l’édification de ce projet mené de front avec des spécialistes. Je n’ai malheureusement pas pu le visiter, mais cela sera l’occasion de me rendre de nouveau cette belle région. Le chantier se trouve à la sortie de Friesach sur la route menant à Straßburg.

Notez qu’en ville, on peut quand même voir des scènes de travail médiévales dans quelques vitrines d’anciens commerces. Elles semblent toutefois, comme certaines ruines, quelque peu abandonnées. Me rappelant mon article et mon intérêt pour les vitrines moches, je ne pouvais pas m’empêcher de vous en parler.

Comment se rendre à Friesach depuis Vienne ?

En voiture, comptez environ 3h de route.

En train, comptez 3h20 de trajet depuis Hauptbahnhof. Il y a des trains directs pour Friesach presque toutes les heures depuis Vienne. Horaires des trains. Vous trouvez cela chouette de voyager plutôt en train qu’en voiture ? Renseignez-vous sur le Klimaticket ! Ici mon expérience.

Depuis Klagenfurt, comptez 40 minutes en voiture et un peu moins d’une heure en train.

Autres articles sur la Carinthie.

Partagez cet article

Vous pourriez également aimer...