Partagez cet article

Après les patins, encore un article sur la manière de garder un intérieur propre à l’autrichienne. En cette période de confinement, mes articles semblent se limiter à la propreté (ou pas) de mon appartement et à des programmes télé. J’espère quand même continuer à vous surprendre avec ce choix exquis pour vous aérer l’esprit. Ça y est. Je plane de nouveau ! Allez, on redescend sur terre, et on se déchausse ! Il est vrai que se déchausser, en Autriche, on connaît. Cela bien sûr afin de garder des intérieurs propres, et aussi d’être plus à son aise.

Depuis que je vis en Autriche, je suis devenue adepte, voire collectionneuse, de ce que j’appelle en bon français « les plateaux à chaussures ». Il s’agit de plaques à rebords (des plateaux quoi), généralement en plastique, dont le fond porte des reliefs afin que l’eau, la neige, le sel hivernal transportés par nos semelles puissent s’écouler pour garder les chaussures au sec et le sol propre. N’est-ce pas simplement génial ?

Lorsque j’ai découvert cela en m’installant en Autriche, je ne pouvais pas y croire. Si simple, si pratique. On les appelle en allemand Schuhabtropftasse ou Schuhabtropfschale (bon courage pour la prononciation), ce qui signifie littéralement « la tasse, la coque ou le contenant à chaussure qui s’égoutte ». Encore un terme qui veut bien dire ce dont il s’agit. On en trouve un peu partout, chez les quincaillers comme chez les vendeurs de meubles, et cela pour quelques euros seulement.

Mais pourquoi ne trouve-t-on pas de plateaux à chaussures en France ? Certes il ne s’agit pas d’un objet courant dans les maisons françaises, mais si le géant suédois de l’aménagement intérieur en vend en Autriche, pourquoi n’en vend-il pas en France ? J’aimerais vous dire comme dans certains reportages que l’enseigne en question n’a pas souhaité donner suite à ma question, mais je ne la lui ai même pas posée. J’ai trop peur de découvrir la vérité à ce sujet et préfère rester sur mes hypothèses, telles que « c’est pratique mais c’est quand même bien moche », ou encore « les Français savent certainement mieux essuyer leurs chaussures sur un tapis ».

Il est vrai que l’argument esthétique est assez fort. On ne peut pas dire que ces plateaux fassent preuve d’une grande créativité. Ils sont plutôt fades. Côté couleurs, ils se limitent principalement au blanc, au gris, au noir et au marron. On pourrait mieux faire. Et côté motifs en relief, on reste surtout sur des rayures verticales ou horizontales. On a parfois des motifs fantaisie à pois (plateau à picots, pas facile à nettoyer).

Malgré tout j’adore ces plateaux à chaussures et en ai couvert toute la niche de mon couloir d’entrée, qui abrite aussi mon porte-manteau, pour mes paires de chaussures et parfois celles des invités.

Je rêve même d’avoir un plateau par paire de chaussures, que je pourrais déposer dans une armoire qui leur serait dédiée.

Pour ceux qui se trouvent dans un pays où l’on ne trouve pas ces merveilles à acheter, ne paniquez pas ! Vous pouvez facilement les fabriquer vous-mêmes avec des plateaux, de petites lattes, une scie et une perceuse. Et cela tombe bien car il se pourrait qu’en ce moment vous ayez le temps de faire un peu de bricolage. 😉

 

Partagez cet article
69598833