« Douce nuit, sainte nuit », un chant de Noël né en Autriche

Partagez cet article

Saviez-vous que Douce nuit, sainte nuit avait été créé en Autriche ? Pour ma part, je ne l’appris qu’en 2018, lorsque furent célébrés les 200 ans de ce chant.

Née en terres salzbourgeoises

C’est en 1816 que le prêtre Joseph Mohr écrit les paroles de Douce nuit, sainte nuit, et il les écrit en latin (enfin dans le latin alors usité à l’église). Il déménage ensuite à Oberndorf, village situé un peu au nord de Salzbourg et que l’on appelle aujourd’hui Oberndorf bei Salzburg (la Salzach borde le village en dessinant un très beau méandre). C’est à Oberndorf que Mohr fait la connaissance d’un instituteur également organiste, Franz Xaver Gruber, qui en compose la mélodie pour l’accompagner à la guitare. Pourquoi à la guitare et non à l’orgue. Aucune information ne fut transmise à ce sujet. Longtemps on raconta que c’était parce que l’orgue était défectueux mais il s’avéra que c’était faux. Le choix de la guitare fut probablement lié à l’endroit même où l’on voulut entonner ce chant, au pied d’une crèche. En tout cas, Douce nuit fut chantée pour la première fois la veille de Noël 1818 en l’église Saint-Nicolas d’Oberndorf, et c’est cette date que l’on retint. Si l’on se rend aujourd’hui à Oberndorf, on peut visiter la chapelle Douce nuit (Stille-Nacht-Kapelle), qui fut construite à l’emplacement de la fameuse église Saint-Nicolas. Le chant a aussi son propre musée dans le village, et en a même un autre dans la commune de Hallein, elle aussi située le long de la Salzach, mais au sud de Salzbourg. C’est en effet à Hallein que Franz Xaver Gruber déclara officiellement être l’auteur de Douce nuit en 1854.  

Rendue célèbre par des chœurs du Tyrol

Il était urgent que Gruber déclare la paternité de son œuvre car tout le monde pensait que le chant venait du Tyrol ! Ce sont en effet des chœurs tyroliens qui diffusèrent Douce nuit dans le monde entier. Les chœurs tyroliens, la plupart du temps des familles assez nombreuses, étaient très réputés et certains allaient même chanter aux Etats-Unis et en Russie en cette première moitié du XIXème siècle. Il s’agissait principalement de commerçants ambulants qui se produisaient aussi sur des marchés ou sur des scènes lors de leurs pérégrinations. On trouve ainsi quelques traces de l’histoire exceptionnelle de Douce nuit dans le Tyrol, et même plus précisément dans le Zillertal, où résidait Carl Mauracher, constructeur d’orgues, qui rapporta la partition de Douce Nuit après avoir construit un nouvel orgue à Oberndorf. C’est donc aussi à lui que l’on doit ce succès planétaire ! Quelle histoire !

Un hymne à la paix

Le chant, célébrant l’arrivée du Christ sur Terre, a déjà été traduit dans 330 langues et fut interprété par une pléthore d’artistes. C’est aussi l’un des rares chants appris durant l’enfance sur tous les continents. C’est ainsi que le 24 décembre 1914, dans les tranchées de la Grande Guerre, des soldats allemands se mirent à chanter Douce nuit et à inviter ainsi les Britanniques postés en face à faire de même à les rejoindre pour une trêve de Noël qui entra dans l’Histoire. Cela fit de Douce nuit un véritable hymne à la paix, entré en 2011 au patrimoine culturel immatériel de l’humanité (classification de l’UNESCO).

Je profite de cet article pour vous souhaiter d’excellentes fêtes de fin d’année et espère vous revoir l’année prochaine à l’occasion d’une sortie ou d’une activité.

La version en allemand, interprétée par les Wiener Sängerknaben

La version en français, interprétée par les petits chanteurs à la Croix de Bois

Photo : Une douce nuit sur les hauteurs d’Ottakring

Autres articles sur les festivités de l’Avent et de Noël en Autriche 

Partagez cet article

Vous pourriez également aimer...