Eggenburg, ses murailles, ses catacombes, ses cristaux et ses graffiti

Partagez cet article

Aujourd’hui, c’est véritablement de mon coup de cœur du printemps dont je souhaite vous entretenir. Et cela tombe bien, il se trouve à 10 kilomètres du défi du printemps « Ici c’est Paris ! » à Parisdorf

Ce coup de cœur, c’est la petite ville fortifiée d’Eggenburg, à cheval entre le Weinviertel et le Waldviertel, au cœur de la Basse-Autriche. Sa découverte fut pour moi très dépaysante (phénomène peut-être accentué avec la pandémie 😉).

Les anciens remparts

On en fait le tour, environ 2 kilomètres, et à deux endroits, on peut même monter au niveau des créneaux pour surplomber un peu la ville et les environs (du 1er avril au 1er novembre entre 9h et 18h). Les murs d’enceinte remontent au XIVème siècle, et les tours, pour certaines encore bien debout, au début du XVème siècle. La promenade dans les anciens fossés est très agréable. Elle est bien boisée et on passe au pied de très beaux jardins.

Ci et là on trouve aussi de petits endroits pour faire des pauses, construits avec des réemplois de vieilles pierres sculptées. Il y en a d’ailleurs dans toute la ville.

Les catacombes

A côté de la très belle église Saint-Etienne, qui conserve d’ailleurs ses tours romanes du XIIème siècle (assez rare en Autriche), on tombe sur un ancien ossuaire du XIIIème siècle ! Enfin sur son sous-sol. On descend quelques marches, on allume la lumière et on tombe nez-à-nez avec des os d’hommes et de femmes du Moyen Âge, agencés de manière esthétique à la gloire du Christ. L’agencement remonte à 1992, mais il constitue un véritable spectacle.

La place principale

Une grande place avec de jolies bâtisses assez basses tout autour, une colonne de la peste et une colonne de la Vierge comme on en fait partout en Autriche. Oui ! Mais avec une incroyable maison, la Sgraffitohaus, couverte de gravures représentant des scènes de l’Ancien et du Nouveau Testament terminées en 1547. Une sorte de bande dessinée, où l’on reconnaît quelques gentils et quelques méchants célèbres. Là encore un véritable spectacle, dont on ne connaît pas tous les codes esthétiques, et qui nous porte ainsi dans un monde imaginaire.

A côté, on a aussi une colonne assez originale qui porte un boulet et est surmontée d’un petit homme. Il s’agit du pilori de la ville, qui date du XVIème siècle. Le petit homme c’est saint Roland, et le pilori, en plus de faire peur, témoigne du statut d’Eggenburg à l’époque, ville libre, c’est-à-dire à même d’exercer sa propre justice et ses propres règles commerciales. La taille de la place rappelle d’ailleurs l’importance du marché qui pouvait y prendre place.

Le musée Krahuletz et tous ses cristaux

Il s’agit du premier musée construit en tant que musée de Basse-Autriche. Il renferme les immenses collections d’un passionné, devenu professeur de géologie, Johann Krahuletz (1848-1928). On remonte 20 millions d’années, du temps où Eggenburg se situait en pleine mer tropicale. On peut ainsi admirer de très beaux blocs de sédiments couverts de coquillages en tout genre. On passe un certain temps dans les profondeurs du sol de la région avec la présentation des différentes roches que l’on peut y trouver, et surtout leurs cristaux. Parmi ceux-ci l’améthyste, reine de la région. Pour les amateurs d’archéologie, il y a aussi quelques gros dépôts d’objets de l’âge du bronze (environ de 2700 à 900 av. J.-C.) qui y sont exposés. Et ceux qui s’intéressent aux arts et traditions populaires seront aussi servis avec un grand nombre d’objets et de meubles du XIXème siècle. Des collections très variées et une présentation très claire. On s’y sent comme à la maison. Les audioguides sont disponibles en allemand, en anglais et en tchèque et l’entrée du musée est gratuite avec la Niederösterreich-CARD

Un pays de vin

Vous le verrez sur bon nombre de panneaux (l’itinéraire vélo du Riesling…). La région produit beaucoup de vin et cela est bien visible aussi dans l’architecture de la ville avec la présence de caves très anciennes et très élégantes. Certaines ont même été réhaussées par des maisons !

Autres curiosités

A côté du musée Krahuletz se trouve un ancien cinéma (Lichtspielhaus) très élégant, et devant lui une sorte de jardin agrémenté de blocs de roches présentant toutes les roches du Waldviertel. Une bonne entrée en matière avant de visiter le musée. La ville a aussi de nombreuses rues étroites d’un très grand charme.

Informations pratiques

Plans de la ville disponibles sous le porche de la mairie (Kremserstraβe) et au musée Krahuletz (également bureau de l’office de tourisme).

Eggenburg se trouve à 75 km de Vienne. En voiture, comptez 1h de route.

En train : 1h depuis la gare Franz-Josefs-Bahnhof à Vienne. Le train s’arrête aussi en gares de Spittelau et Heiligenstadt. Dernier train pour Vienne à 20h22.

Si vous partez à plusieurs, pensez au billet de groupe « Einfach-Raus-Ticket », il permet de faire des économies. Si vous prenez votre vélo, pensez bien à lui prendre son billet aussi.

Depuis ou vers Parisdorf : environ ¾ d’heure à vélo ou 7 minutes de train et ¾ d’heure de marche.

A vélo : ¾ d’heure

En trains : 7 minutes après ¾ d’heure de marche

 

Partagez cet article

Vous pourriez également aimer...