Partagez cet article

En Autriche, on me demande régulièrement si quelque chose me manque de la France. Fière, je réponds toujours, rien de matériel, juste mes proches. Les gens me renvoient presque toujours des regards dubitatifs, eux qui s’attendaient à m’entendre énumérer spécialités culinaires, vins et fromages. Je ne suis en effet pas trop attachée à des produits proprement français (sauf peut-être le vin j’avoue). Le quotidien est seulement pour moi quelque peu différent. Il en est ainsi par exemple du moment de faire la vaisselle.

Les éponges sont ici différentes, et longtemps je me disais que ce n’était rien, qu’elles étaient simplement différentes. Elles moussent à l’infini, sont parfois minuscules, affichent des couleurs certes criardes mais variées.

Ça change ! Il faut cependant souvent bien être armé d’une brosse pour ne laver que quelques assiettes à peine sales et être bien concentré pour que l’éponge ne vous glisse pas sans cesse entre les doigts. Longtemps, je pris cela comme un jeu, mais un jour, je craquai. Je me décidai à rapporter des éponges de mon séjour prochain en France. A la suite de cette prise de décision, cela devint une obsession. Je rêvais de réutiliser les éponges naturelles auxquelles j’avais été habituée. En tenir une dans ma main, la presser entre mes doigts, la laisser s’alourdir dans l’évier rempli d’eau. Leur forme en spirale, leurs couleurs pâles et leur multitude de trous irréguliers, tout ça me manquait.

Une fois achetées, je me jetai sur l’un des paquets pour l’ouvrir comme on peut parfois se ruer sur un paquet de bonbons ou de chocolats. A mon avis je souhaitais simplement vérifier que mon attente était belle et bien justifiée. Je les mis d’ailleurs rapidement dans ma valise afin d’être sûre de les rapporter à Vienne, mais aussi pour que mes proches ne découvrent cette petite folie et questionnent mon état psychique (eux qui lisent apparemment mes articles l’apprendront ainsi bien assez vite). Ainsi, régulièrement, je rapporte des éponges de France. A ceux qui le font ou qui sont à deux doigts de le faire, méfiez-vous ! Il semble que les éponges complètement synthétiques commencent à envahir la France ! En effet, heureuse de mettre la main sur des éponges en apparence traditionnelles (côté grattant vert foncé et côté spongieux jaune) j’en jetai quelques paquets dans mon caddy. Quelle surprise une fois rentrée à Vienne ! Leurs côtés spongieux n’étaient pas naturels mais synthétiques ! Imaginez-vous bien que je le pris telle une attaque personnelle et souhaite ainsi vous mettre en garde. Toujours bien considérer son éponge avant de l’acheter !

Je ne cesse par ailleurs de me demander pourquoi ces éponges ne sont pas vendues en Autriche. Est-ce pour pousser les gens à l’achat de brosses ? De lave-vaisselles ? Je réfléchissais à en offrir à des amis et collègues autrichiens afin de voir si un marché était envisageable mais je crains trop que l’on me rebaptise « ça lave à Vienne » et que les services de nettoyage de la ville ne se sentent provoqués. Ainsi, pour éviter tout conflit, je vous invite à ne surtout pas prendre mes propos trop au sérieux 😊

Tout n’est pas perdu !

Heureusement (ou pas ?) une amie m’a déclaré alors que je lui racontais le sujet de cet article alors à venir qu’on en trouvait dans les magasins de l’enseigne allemande Müller.

Podcast auf Deutsch!

Partagez cet article
69598833