Partagez cet article

Ça y est, après avoir traversé l’arrondissement d’Ottakring en remontant la Thaliastraße, puis la Gallitzinstraße, et en passant par la Savoyenstraße, nous voilà enfin en forêt ! Forêt viennoise bien entendu ! Et figurez-vous qu’elle couvre 22 % de la surface de l’arrondissement. Ce n’est pas rien.

Je vous ai déjà parlé de la Jubiläumswarte, le plus haut point de vue d’Ottakring. Aujourd’hui, nous restons au pied de cette tour. Sous l’étendue d’herbe paisible que nous arpentons (la Vogeltennwiese), se trouve un très grand bunker, construit par les nazis en 1940. Ce bunker était en partie réservé à Baldur von Schirach, Gauleiter (responsable régional du parti nazi) et Reichsstatthalter (rôle proche de celui d’un préfet à l’époque du Troisième Reich) de Vienne. Il y avait sa salle réservée dans ce duplex qui se trouvait à 25 mètres de profondeurs, et auquel on accédait par une galerie de 100 mètres de long. On appela ainsi ce bunker le Gaugefechtsstand Gallitzinberg (poste de commandement du Gauleiter sur le Gallitzinberg). Il eut cependant quelques surnoms, on l’appela le Schirachbunker, en référence à son hôte principal, qui venait s’y réfugier dès qu’une petite menace pouvait se faire sentir, d’où son autre surnom, plus ironique encore d’Heldenbunker (bunker des héros). Il faut dire que toute la population de l’arrondissement le voyait venir y prendre ses quartiers puisqu’il remontait la Thaliastraße à toute allure avec des colonnes d’engins. L’emplacement du bunker était bien stratégique puisque la Thaliastraße permettait à Baldur von Schirach de se mettre très vite à l’abri, et la situation du bunker en pleine forêt et vers l’extérieur de la ville pouvait également permettre de s’enfuir rapidement de la ville. Par sa situation géographique, le bunker était aussi un des principaux émetteurs radio de la région pour les informations générales (la propagande). Il alertait la population lorsqu’il fallait se mettre à l’abri par une alarme, surnommée le « Kuckucksschrei » (cri du coucou, on ne manquait pas d’humour). Il servait aussi de centre de surveillance aérienne pour toute l’Autriche.

Après la Seconde Guerre mondiale, le bunker fut ouvert quelques mois avant d’être bombardé. Les gens continuaient cependant à se rendre parfois à l’intérieur et ses entrées furent entièrement condamnées dans les années 80. On trouve cependant quelques éléments marquant sa présence à l’extérieur, comme les ruines de réservoirs d’eau et de carburant, et surtout trois petits cylindres en béton armé.

Il ne s’agit pas de collecteurs de braises de barbecue ! Ces cylindres sont de petits bunkers individuels pour se protéger au plus vite et observer les environs (les probabilités de survie lors d’un bombardement étaient cependant quasi inexistantes). Aujourd’hui, on s’amuse à les chercher dans ce paysage devenu bucolique. Si vous souhaitez les trouver vous-mêmes, arrêtez votre lecture ici !

Il y en a un situé en face de la tour quand vous arrivez par le chemin jaune, là où se trouvent quelques panneaux d’information. Un autre est visible de l’autre côté de l’étendue enherbée à quelques mètres. Enfin le troisième est à voir sur le chemin qui longe le Pelzer Rennweg, prolongement de la Johann-Staud-Straße en direction du 14ème arrondissement.

 

Informations pratiques

Dirigez-vous vers la Jubiläumswarte.

Adresse : 80 Johann-Staud-Straβe

Comment s’y rendre :

En se baladant dans la forêt viennoise !

Le bus 52B, au départ de la station de métro (U4) et de train Hütteldorf, vous dépose à 10 minutes à pied (arrêt Ammerweg) et même trois fois par jour au pied de la Jubiläumswarte ! Suivez brièvement le chemin rouge avant de prendre à gauche pour suivre le chemin vert.

Les bus 46A et 46B (peu importe lequel), au départ de la station de métro (U3) et de S-Bahn (S45) Ottakring, vous dépose à 25 minutes à pied (arrêts Savoyenstrasse ou Feuerwache am Steinhof). Suivez les chemins rouge et jaune. Au croisement avec la Johann-Staud-Strasse arrêtez de suivre le chemin rouge et remontez la route sur quelques mètres pour continuer sur le chemin jaune.

En voiture, on peut se garer au pied.

 

Jeu-concours

La question : Quelle capitale peut-on observer depuis le château de Hof, (Schloss Hof) situé en Basse-Autriche ? 

Si vous pensez avoir la réponse, écrivez-moi à pomelilou(arobase)gmail(point)com. Le premier ayant envoyé la bonne réponse se verra offrir deux entrées pour les châteaux de Hof et Niederweiden où se trouve actuellement une superbe exposition dédiée à Sissi et à son fils Rodolphe.

Si vous aimez participer à des jeux-concours sur Vienne et l’Autriche, inscrivez-vous au Club

 

Partagez cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

69598833