Partagez cet article

Lors des promenades commémoratives sur le pogrom de 1938 que j’organisais en novembre dernier, vous avez été plusieurs à me recommander, très vivement d’ailleurs, de lire L’ordre du jour d’Eric Vuillard. Il s’agit d’un récit brillamment écrit, qui reçut d’ailleurs le prix Goncourt en 2017 !

Pas de hauteur violente, ni de paroles terribles et inhumaines, rien d’autre que la menace, brutale, la propagande, répétitive et vulgaire.

En partant de l’histoire presque individuelle d’un grand entrepreneur allemand, Eric Vuillard nous mène jusqu’en Autriche, dans les moments précédant son annexion par l’Allemagne nazie. Il en décrit les mécanismes politiques avec une grande exactitude et leur donne un caractère universel qui fait beaucoup réfléchir. Quand l’Autriche est annexée, il s’attarde sur les horreurs que vécurent des personnes qualifiées d’opposants et les membres de la communauté juive de Vienne. A la fin de son récit, il revient sur le même industriel pour évoquer son destin, celui de sa famille et de son entreprise.

Les chars, les camions, l’artillerie lourde, tout le tralala, avancent lentement vers Vienne, pour la grande parade nuptiale. La mariée est consentante, ce n’est pas un viol, comme on l’a prétendu, c’est une noce.

Si vous souhaitez approfondir vos connaissances sur cette période de l’Histoire, je ne peux que vous inviter à vous plonger dans ce récit. Merci encore à celles et ceux qui me l’ont recommandé.

 

Eric Vuillard, L’ordre du jour, Arles, Actes Sud, 2017

 

Partagez cet article

1 Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

69598833